jeudi 15 juin 2017

+15/06 - LE QATAR VEUT FAIRE LA PAIX 
AVEC LA SYRIE. 


Le gazoduc est à l'origine de la guerre en Syrie.
Vivement l'arrivée de l'énergie plasma de la Fondation Keshe !

Doha propose à Damas de rétablir les relations diplomatiques entre les deux pays. Depuis le début du conflit le Qatar verse d'immenses sommes d'argent aux forces d'opposition en Syrie. 

Qatar - 10 juin 2017 - C’est pour pouvoir utiliser son gazoduc que le Qatar s’allie avec l’Iran
le Qatar a passé un accord avec l’Iran. Celui-ci met en effet en exploitation sur l’autre rive du Golfe persique un gisement de très grande taille qui est le simple prolongement géologique du gisement qatari et il a proposé au Qatar de lui donner accès au gazoduc iranien en projet qui via l’Irak et la Syrie aboutira sur la côte méditerranéenne. Cet accord est en contradiction totale avec la fondation d’une alliance militaire des monarchies du golfe contre l’Iran annoncée récemment à Riad par le Président US, d’où la brutalité de la crise entre l’Arabie et le Qatar.
Article complet au format PDF :
LE PDG DE TOTAL ASSASSINÉ

Pour ceux qui se demandaient pourquoi soudainement le Qatar voulait passer dans le camp de la résistance à l’impérialisme américano-sioniste, voici la réponse : c’est l’économie qui dirige tout, et pas l’idéologie. On constate une fois de plus qu’avec son matérialisme Karl Marx avait bien vu les choses.

Le Qatar accusé de terrorisme parce qu’il passe dans le camp de la résistance à l’impérialisme américano-sioniste
Trois pays (Arabie, Émirats, Bahreïn), ainsi que l’Égypte, ont tour à tour annoncé lundi 5 juin 2017 à l’aube la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu’ils accusent de "soutien au terrorisme", y compris Al-Qaïda, le groupe État islamique (EI) et la confrérie des Frères musulmans. Cette crise diplomatique majeure au Moyen-Orient arrive quinze jours après un appel de Donald Trump à l’unité des pays arabes face au terrorisme. L'Arabie Saoudite est coupable des mêmes faits, donc, là n'est pas la raison....
Il y a 3 problèmes : Qatar et Frères musulmans. Qatar, PSG et Mondial-2022 de football. Avantages fiscaux du Qatar en France.
Que le Qatar finance, ou du moins finançait, des groupes terroristes comme al-Qaïda ou DAECH, ce n’était un secret pour personne ainsi qu’en témoigne la banderolle en photo ci-dessous. Et cela ne posait de problème à personne en Occident. C’est-à-dire que l’impérialisme américano-sioniste était très content de la collaboration du Qatar dans la guerre destinée à détruire la Syrie en commanditant des groupes terroristes comme al-Qaïda (Front al-Nosrah) ou même DAECH.

Mais voilà, il se trouve que le Qatar a trahi le camp de l’impérialisme américano-sioniste pour passer dans le camp de la résistance qui comprend la Russie, l’Iran, la Syrie, l’Irak, et le Hezbollah. Aussi, que le Qatar finance ou ait financé divers groupes terroristes sert maintenant d’excuse pour le mettre au ban des nations.

La photo ci-dessus a été prise début janvier 2015, lors d’un match de foot entre le PSG (Paris Saint-Germain) et l’équipe de foot de Bastia (Corse).

Il faut bien se souvenir que l’Arabie Saoudite finance elle aussi des groupes terroristes, tout à fait semblables à ceux du Qatar, mais qui se disent "salafistes" et pas "frères musulmans" bien qu’ils en descendent, et qui combattent eux aussi en Syrie contre le régime antisioniste représenté par Bachar el-Assad. Mais là, ça ne pose aucun problème aux Occidentaux, puisque l’Arabie Saoudite est restée dans le camp de l’impérialisme américano-sioniste.
Le problème 1 est très intéressant : Si le Qatar est vraiment passé dans le camp de la résistance, il lui faut non seulement arrêter de soutenir DAECH ou al-Qaïda. Il lui faut aussi arrêter de soutenir les frères musulmans, dont descendent tous ces groupes terroristes. Car les frères musulmans, au travers du Hamas palestinien, ont directement combattu en Syrie le régime antisioniste de Bachar el-Assad. Ou bien alors, il faut que le Qatar ordonne aux frères musulmans de changer de camp eux aussi et de combattre désormais dans le camp de Bachar ; ce qui semble impossible puisque les Frères musulmans appartiennent en réalité à la CIA ! du moins leurs chefs, même si leurs militants de base ne sont pas au courant. Que se passera-t-il à ce niveau ? la réponse à cette question est très intéressante puisque le Hamas, affilié aux frères musulmans, a renouvelé récemment ses chefs.
Le problème 2 est très rigolo : Que se passera-t-il au niveau du foot ? La France laissera-t-elle le Qatar rester le propriétaire du PSG ? Le mondial 2022 de Foot aura-t-il quand même lieu au Qatar ? La suite risque d’être amusante.
Le Problème 3 va bien faire chier les riches : Puisque le Qatar est semble-t-il désormais un ennemi de l’impérialisme occidental, que deviendront les énormes avantages fiscaux du Qatar en France, et qui transformaient ce pays (la France) en un paradis fiscal parfait ?
Note du 6 juin 2017 : La France est bien emmerdée, du coup, et essaye de temporiser, et de réconcilier les ennemis, ce qui me semble impossible (à moins qu’elle réussisse à refaire basculer le Qatar dans le "bon" camp ?). C’est ça, de bouffer à tous les râteliers !
-------------------------------------------
Le ministre des Affaires étrangères du Qatar,
cheikh Mohammad ben Abdel Rahman Al Thani, s’entretient avec
 son homologue russe, le 10 juin 2017 à Moscou (afp)
Qatar et Iran - 13 juin 2017 - Une semaine après le début du blocus, le Qatar ne fléchit pas
Une semaine après le déclenchement d’une crise sans précédent dans le Golfe, le Qatar, mis au ban par ses voisins pour son soutien présumé au terrorisme, a de nouveau rejeté en bloc lundi 12 juin 2017 toutes les accusations et affiché sa volonté de ne pas fléchir sous la pression.
Le ministre qatari des Affaires étrangères cheikh Mohammad ben Abdel Rahman Al Thani, en tournée européenne pour "informer" les pays "alliés et amis" de la crise, a dénoncé les mesures "iniques" et "illégales" imposées par des pays du Golfe et l’Egypte à son pays.
Avant de prévenir que "personne ne pouvait dicter à Doha sa politique étrangère" et de fustiger "les attaques médiatiques féroces" contre le petit et richissime Etat gazier.
"Nous n’avons aucune idée des raisons" qui ont conduit l’Arabie saoudite et ses alliés à imposer un blocus au Qatar, a assuré cheikh Mohammad ben Abdel Rahman Al Thani, au cours d’une conférence de presse à l’ambassade à Paris. Le ministre, qui s’est rendu ces derniers jours à Berlin, Moscou et Londres, a toutefois démenti toute médiation européenne dans la crise du Golfe.
M. Al-Thani a rencontré à Paris son homologue français Jean-Yves Le Drian avant d’être reçu à l’Elysée. Il était dans la matinée dans la capitale britannique, où il a été reçu par le chef de la diplomatie Boris Johnson, qui a appelé le Qatar "à sérieusement prendre en compte les inquiétudes de ses voisins" et à "faire plus" pour y répondre.
De son côté, le président français Emmanuel Macron s’est entretenu lundi avec l’émir du Koweït, cheikh Sabah al Ahmad Al Sabah, a fait savoir l’Elysée, rappelant qu’il avait parlé ces derniers jours à tous les chefs d’Etat de la région.
La crise, sans précédent, a éclaté le 5 juin 2017 lorsque l’Arabie saoudite, Bahrein, les Emirats arabes unis et l’Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha. Ils ont ensuite fermé leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres et pris des mesures contre des médias du Qatar, dont la chaîne de télévision Al-Jazeera, accusée d’être le porte-voix des islamistes dans le monde arabe.
Ils reprochent également à ce pays d’être trop conciliant vis-à-vis de l’Iran, le grand rival chiite de l’Arabie saoudite dans la région, et de soutenir les Frères musulmans et des organisations terroristes dans le monde arabe. "Le Qatar est prêt à s’asseoir et négocier (avec les pays du Golfe) au sujet de la sécurité du Golfe. Mais personne n’a le droit de discuter de notre politique étrangère", a lancé M. Al-Thani. "Nous avons une politique étrangère indépendante, personne ne peut en discuter".
Il a qualifié de "complètement fausses" les accusations de soutien apporté au Hamas palestinien et aux Frères musulmans. "Le Qatar traite avec des gouvernements, pas avec des mouvements", a-t-il assuré.
Quant à Al-Jazeera, "c’est une affaire intérieure, personne n’a le droit d’en discuter", a-t-il déclaré.
Aucune perspective de solution ne semble donc encore en vue, en dépit d’une médiation du Koweït.
Face au blocus imposé au Qatar, l’Iran s’est empressé d’envoyer des tonnes de produits alimentaires. La Turquie, autre allié de Doha, a également offert son aide.
Depuis le début de la crise, les Etats-Unis, qui disposent au Qatar d’une base militaire de première importance dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), ont soufflé le chaud et le froid, mais vendredi 9 juin 2017 le président Donald Trump a exhorté Doha à arrêter "immédiatement" de financer "le terrorisme".
Dimanche, le Maroc, s’est dit "disposé à offrir ses bons offices" pour aider à un règlement.
Et dans une lettre au roi d’Arabie saoudite, le président guinéen Alpha Condé, qui exerce la présidence exécutive de l’Union africaine, a lui aussi fait part de son "entière disponibilité" pour une médiation en vue d’une "solution pacifique et rapide à cette crise inopportune".
----------------------------------
Crise du Golfe : l’embargo aérien limité aux compagnies du Qatar
L’embargo aérien imposé au Qatar depuis le début de la crise du Golfe ne s’applique qu’aux compagnies aériennes et avions du Qatar ou enregistrés dans ce pays, a annoncé mardi l’Autorité de l’aviation civile des Emirats arabes unis dans un communiqué.
L’Arabie saoudite et Bahreïn ont publié des communiqués identiques sur l’embargo aérien, entré en vigueur lorsque Ryad, Abou Dhabi et Manama ont rompu le 5 juin avec le Qatar, l’accusant de soutien au "terrorisme". En vertu de l’embargo aérien, "il est interdit à toutes les compagnies aériennes et avions enregistrés au Qatar d’atterrir dans les aéroports ou de transiter par l’espace aérien" des Emirats, du royaume saoudien et de Bahreïn, selon les communiqués publiés par les agences nationales des trois pays.
Cette mesure ne s’applique "pas aux compagnies aériennes et aux avions non enregistrés au Qatar" et dans chacun de ses trois pays voisins et "souhaitant transiter par l’espace aérien" de ces pays pour des vols en provenance ou en direction du Qatar, souligne-t-on dans les communiqués. Cette mise au point est intervenue quelques heures après que le patron de Qatar Airways, Akbar al-Baker, a appelé lundi l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) à déclarer "illégal" l’embargo imposé à son pays par l’Arabie saoudite et ses alliés, y voyant "un blocus" qui viole la convention internationale sur le transport aérien.
---------------------------------
Palestine - 14 juin 2017 - Les graves conséquences sur Gaza du changement de camp du Qatar
GAZA SANS ÉLECTRICITÉ
Deux millions d’otages à Gaza : Main dans la main, Israël et l’Autorité palestinienne tentent de faire plier le Hamas à Gaza. Une conséquence directe de la dispute entre le Qatar et ses voisins du Golfe, qui fracture encore davantage le camp palestinien.
Le Qatar est passé dans le camp de la résistance à l’impérialisme américano-sioniste ; c’est-à-dire, dans le même camp que la Syrie de Bachar el-Assad, l’Iran, la Russie, etc.
Or, le Qatar finançait énormément les frères musulmans. Le Hamas qui dirige Gaza appartient aux frères musulmans, et était en conséquence financé beaucoup par le Qatar. Or, sans que ses militants de base le sachent, les dirigeants des frères musulmans appartiennent à la CIA, et ceux du Hamas au Mossad.
Les militants du Hamas ont en conséquence combattu en Syrie contre le régime anti-sioniste dont Bachar el-Assad est le plus haut représentant.
Que le Qatar finance le Hamas était cohérent tant qu’il était dans le camp de l’impérialisme américano-sioniste, comme par exemple l’Arabie Saoudite. Mais, désormais, le Qatar appartient au camp anti-impérialiste ; donc, il ne peut plus financer le Hamas. En conséquence, les Palestiniens de Gaza quasi-totalement dirigés par le Hamas sont mal, sauf si la direction du Hamas change de camp, ou bien si Gaza cesse d’être dirigée par le Hamas.
Une bonne solution pour Gaza est de virer tous les dirigeants du Hamas ; car ils appartiennent aux frères musulmans, dont la direction appartient elle-même à la CIA, voire au Mossad.
Le mieux serait bien sûr que les frères musulmans dans leur ensemble suivent le Qatar et changent de camp eux aussi. Ce qui exige qu’ils se débarrassent de tous leurs dirigeants inféodés à la CIA ou au Mossad.
Une autre stratégie pour les résistants palestiniens sincères consiste à quitter le Hamas, à le dénoncer comme un agent de l’impérialisme américano-sioniste et à le virer de la direction de Gaza.
-----------------
Les ciments Lafarge financent l’État islamique en Syrie
L’enquête sur le cimentier franco-suisse LafargeHolcim, mis en cause pour avoir indirectement financé des groupes armés en Syrie, a été confiée à trois juges d’instruction, a-t-on appris mardi auprès du parquet de Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire