mercredi 17 juin 2015

17/06 - PARIS: MANIFESTATION
EN SOUTIEN AUX MIGRANTS.

Un millier de personnes ont défilé aujourd'hui en solidarité avec les migrants, dans le nord de Paris, à l'appel de syndicats, d'associations et de partis de gauche.
En tête du cortège, derrière une banderole proclamant "refugees need help and love" (les réfugiés ont besoin d'aide et d'amour), quelques dizaines de migrants brandissaient, au son de tambours, des pancartes en français et en arabe sur lesquelles ont pouvait lire: "nous demandons l'asile", "nous voulons des logements".

Encadrés par un cordon de gendarmes mobiles en tenue anti-émeute, les manifestants réunis à l'appel de mouvements politiques (Parti communiste, Parti de Gauche, NPA, EELV), de syndicats (CGT, FSU, Solidaires) et d'associations (LDH, Mrap), sont partis à 18H30 de la place de la Chapelle (nord de Paris) en direction de la place de la République.
Ils dénoncent la précarité dans laquelle se trouvent les migrants, depuis l'évacuation par la police, le 2 juin, du campement sous le métro aérien de la Chapelle. Les manifestants demandent notamment l'ouverture d'espaces d'accueil et d'hébergements collectifs pour les migrants.
Plus de 100.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe depuis le début de l'année via la Méditerranée, selon le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés.
Vidéo :




--------------------

Une centaine de migrants clandestins, essentiellement Érythréens et Soudanais, sont disséminés par petits groupes à proximité de la Cité de la mode.
Quai d'Austerlitz, à Paris, les SDF et autres accidentés de la vie sont depuis quelques semaines les témoins de la nouvelle poussée migratoire. «Maintenant, on a même des Soudanais qui sont venus coller leurs tentes juste en face des nôtres», explique Mohamed, livreur de pizzas à mi-temps, qui dort en bout de quai.
Début mai, il n'y avait que quelques tentes plantées au pied de l'escalier qui monte vers la terrasse de la Cité de la mode, où les Parisiens branchés viennent siroter un cocktail. Puis de nouveaux arrivants se sont agglutinés tout autour, ne laissant bientôt plus qu'un mince passage pour les usagers et les employés du bâtiment. D'autres groupes de migrants clandestins ont ensuite colonisé le pont Charles-de-Gaulle, grand tablier lisse qui enjambe la Seine pour connecter les XIIe et XIIIe arrondissements de Paris.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire