samedi 13 juin 2015

13/06 - MOLDAVIE : DÉMISSION 
DU PREMIER MINISTRE
TROIS MOIS APRÈS SA NOMINATION.

12/06/2015
Un article indiquait qu’après l’Ukraine, c’est la Moldavie qui allait subir le même sort. Il faut à la cabale un gouvernement obéissant.

Le Premier ministre moldave Chiril Gaburici a annoncé sa démission. Il est accusé par le Parquet d’avoir falsifié un diplôme de lycée. Jugeant que l’affaire n’a que peu d’importance et qu’elle a été politisée, il préfère cependant se retirer.

Dans son discours, le libéral-démocrate, pro-européen, affirme ne pas avoir le champ libre pour réformer le pays. Sa coalition était, en effet, fragile, car elle s’appuyait notamment sur les communistes, eux fermement opposés à un rapprochement avec l’Europe occidentale.

En début de semaine, Chiril Gaburici avait appelé le procureur général et le directeur de la banque centrale à démissionner, après la disparition d’un milliard de dollars des banques moldaves. C’est alors que la question de son faux diplôme a fait surface.

Il a du être menacé d’être assassiné s’il s’obstinait comme tant d’autres.

En faisant mes courses j’ai revu un déshérité que j’avais rencontré cet hiver, mort de froid assis par terre à demander de quoi manger. Il était bleu et il tremblait, je lui ai donné un repas chaud et des vêtements, mais je ne me sentais pas bien. J’ai été «heureuse» de le revoir 6 mois après et là j’ai appris qu’il était moldave, il loge dans un garage inoccupé. Il a 3 enfants et vivant dans le pays le plus pauvre d’Europe, il est venu en France pour du travail. Mais, son patron a fait des faux papiers et lui, l’exploité, a été arrêté et on lui a pris ses papiers si bien qu’il ne peut plus retourner dans son pays. Je me sens plus démunie que lorsque je vois la misère en voyageant, car, là, il s’agit de mon pays et à part ce que je fais sur ce blog et dans les rues, je me sens très démunie et j’ai hâte que la Grèce se déclare en faillite et que toutes les cartes soient enfin redistribuées. Cet homme me disait sans arrêt avec un regard triste «c’est grave», «c’est très graves. Il ne s’attendait pas à cela de la France.
En attendant nous avons el devoir de nous occuper de ces personnes que notre gouvernement élu par certains de nous jette à la rue.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire