samedi 25 octobre 2014

25/10 - VAISSEAUX ALIEN.
Extrait de l’article du colonel Steve Wilson
Paru dans Notiziario UFO de novembre 98


Les Etats-Unis seraient en possession de vaisseaux extraterrestres propulsés par des systèmes de champs énergétiques à Transmission de Vitesse. Trois typologies principales de ces propulseurs dont seraient équipés les Vaisseaux-Mères.

En avril 90, nous n’avions par de données disponibles sur l’Opération Warp Drive des vaisseaux de Rigel (l’étoile Bera de la Constellation de Orion, NdR), mais l’Air Force sait qu’ils fonctionnent sur le principe de l’Antimatière contenant un plasma d’énergie.

Nous avons le moteur d’impulse secondaire utilisé pour des vitesses inférieures à celles de la lumière. Cette réaction de fusion est localisée à l’arrière du principal système de commande du disque volant et peut propulser le vaisseau jusqu’à 75% de la vitesse de la lumière. Le système de guidage à impulses fonctionne en canalisant l’énergie d’évacuation du plasma chaud hors du vaisseau et loin de la coque elle-même. D’énormes quantités de plasma sont tout d’abord amenées à une vitesse élevée le long d’un anneau de spirales magnétiques et ensuite le plasma est injecté dans des bobines conductrices spatio-temporelles qui représentent la centrale du système propulsif à impulse. Ces bobines produisent une distorsion limitée du continuum spatio-temporel local et accélèrent ultérieurement l’énergie et la vitesse du moteur à impulse à plasma.

Le propulseur à Rapports de Vitesse :

Le principal système de guidage propulsif des Vaisseaux-Mères les plus courants utilise le propulseur FIF-2M Multi-Field Speed Gear Drive – système multi-champs à rapport de vitesse. Entre autre, ce système FIF-2M peut donner au vaisseau spatial une vitesse de huit-8) speed gear (rapports de vitesse) c’est à dire 8x8x8x8x8x la vitesse de la lumière terrestre.

Au cœur de ce système conséquent de transmission, l’ensemble du Cristal MAGNIUM contrôle les collisions entre la matière et l’antimatière. C’est le seul matériau –qui vient tout juste d’être découvert – capable de supporter, durant des périodes limitées dans le temps, une exposition aux particules de l’antimatière. Grâce à sa structure cristalline exceptionnelle, Magnium peut maintenir l’antimatière en suspension dans les espaces vides qui existent entre les atomes avec une annichilation (terme concernant la fusion atomique) négligeable du Magnium ou des atomes d’antimatière. Si un cristal est défectueux, sa structure permettra à beaucoup d’atomes d’antimatière de toucher les atomes normaux, dégradant ainsi la structure du cristal lui-même à une vitesse supérieure à la normale. Ce que l’on définit comme étant la décristallisation du Magnium.

Le cristal Magnium est installé dans un appareillage blindé de Megaplastium (ou, en langage extraterrestre MMGPLTUM), qui est la substance la plus résistante existant dans les civilisations alien. Durant les opérations normales, la matière et l’antimatière sont introduites au cœur du moteur de transmission de vitesse grâce à des injecteurs séparés de plasma. Les éléments assemblés du cristal Magnium sont mis en place directement sur la trajectoire de deux courants de matière, qui autrement entreraient en collision produisant ainsi une décharge d’énergie explosive.

Au contraire, les particules d’antimatière traversent le cristal Magnium mis en place dans le bloc d’assemblage, les atomes d’antimatière se séparent par réaction vis-à-vis des atomes du Magnium, et se reconcentrent dans une combinaison à haute énergie. Ces nouveaux atomes combinés reçoivent durant l’assemblage des charges énergétiques supplémentaires en passant d’un cristal à l’autre.

Naturellement, certains atomes de Magnium et d’antimatière entrent en collision sur la surface du cristal, mais une bobine magnétique hélicoïdale contient l’énergie et la radiation émises. Les courants de Magnium d’antimatière énergétisée provenant du cristal Magnium, se divisent alors dans le plasma en courants séparés qui sont canalisés magnétiquement grâce aux transmetteurs d’énergie de la carlingue, tandis que les courants modifiés d’antimatière produisent une annichilation mutuelle et par conséquent l’émission d’une énergie énorme. Un sous-produit de la destruction du Magnium – les atomes énergétisés d’antimatière – est le résultat de propriétés électromagnétiques uniques qui produisent le Champ de Vitesse de transmission (Speed Gear Drives) existant autour du Vaisseau-Mère. 

Tous les systèmes de guidage à Vitesse de Camp se divisent en trois types :
1. Les unités Standard de Transmission de Vitesse (Standard Speed Gear Drives) créent un champ spécial de transmission de vitesse qui entoure le vaisseau voyageant dans l’espace, et lui permettent de se déplacer à une vitesse supérieure à la vitesse terrestre de la lumière.

2. Les systèmes de guidage à Trans-vitesse (Trans-Speed Gear Drives) créent un champ identique, mais sont perfectionnés par rapport au projet initial, car ils peuvent projeter des fractions du champ de vitesse de transmission devant le vaisseau. Cela crée un phénomène multiplicateur naturel de vitesse, laquelle est augmentée avec des coûts énergétiques minimes.

3. Systèmes de transmission de vitesse multiples (Multi-Speed Gear Drives System). Le vaisseau-mère combine l’ensemble de ces systèmes pour créer un champ de transmission à multi-vitesses. Bien que le vaisseau n’ait pas une coque à trans-vitesse - à cause de ses dimensions énormes - son système de transmission de vitesse présente des avantages par rapport aux autres systèmes de guidage à transmission de vitesse.

La transmission de vitesse du vaisseau-mère fonctionne grâce à un couple de deux unités de transmission de vitesse installées dans une cabine à moteur hors-bord. Chacune de ces quatre unités projette son propre champ à transmission de vitesse devant l’objet en déplacement dans l’espace.
Ces champs se superposent créant ainsi une haute vitesse de transmission pour une coque de la dimension d’un vaisseau-mère mais également pour la plupart des échanges instantanés à vitesse sub-luminique à vitesse de transmission, permettant ainsi des sauts quasi instantanés à des vitesses supérieures de vitesse de transmission sans qu’il soit nécessaire de construire un container magnétique incorporé.

Dans la vieille génération des systèmes à vitesse de transmission, le mélange de température matière-antimatière, à l’intérieur du système de transmission de vitesse (Speed Gear Engine), devait être calibré avec soin pour pouvoir supporter des pressions énormes avant que le vaisseau puisse se déplacer en passant d’un niveau de vitesse à l’autre. Le temps nécessaire pour augmenter la force des champs magnétiques pouvait varier de quelques secondes à quelques minutes.

Le système de propulsion à courbure de l’Enterprise par Tom Bosco, rédacteur en chef de Nexus-Italie :


Un grand nombre des intuitions reçues par Gene Roddenberry, réalisateur de la saga Star Trek, se vérifient comme étant vraies. Déjà, dans les années 60, Kirk, le capitaine de l’Enterprise, communiquait à distance avec son équipage grâce à un dispositif qu’on pourrait comparer maintenant à un téléphone portable. Et une nouvelle vient de nous parvenir concernant la mise sur le marché d’une seringue sans aiguille absolument semblable à celle utilisée par Bones Mc Coy. Que dire alors du système de propulsion à courbure de l’Enterprise ? Les bases de la propulsion à courbure, élément indispensable pour voyager à des vitesses transluminiques, furent jetées par un savant du nom de Zefram Cochrane qui, avec son équipe, mit au point une série de complexes d’équations, de formules de matériel et procédures opératives. Le cœur du système est la chambre de réaction matière-antimatière qui produit l’énergie nécessaire pour alimenter les bobines des deux gondoles génératrices du champ de courbure. La stabilité du procédé de réaction matière-antimatière est garantie par un cristal installé au centre du réacteur. Le plasma énergétique généré va alimenter les deux gondoles de courbure qui génèrent un champ sub-spatial autour du vaisseau. La clé de la création d’un système de propulsion non-Newtonais, (c’est à dire dépendant du produit de réaction de décharge), consiste dans l’imbrication, les uns dans les autres, de nombreux strates d’énergie de champ de courbure, dont chacun d’entre eux applique une quantité déterminée de force sur le strate successif plus externe. L’effet de cumulation de la force appliquée pousse en avant le vaisseau, et est connue sous le nom deManipulation asymétrique du champ péristaltique (APFM). En bref, le vaisseau est englobé et isolé dans un champ créé par les gondoles des propulseurs, et pratiquement "glissant" le long de la séquence des strates d’énergie du champ de courbure.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire