mardi 14 octobre 2014

14/10 - LES MERCENAIRES FANATIQUES
DE L'OCCIDENT DU GRAND CAPITAL.
Suite à l'article d'Omara.

"Rappelons que l’Arabie saoudite et le Qatar ont financé et formé les terroristes de l’État islamique (EI ou EIIL) pour le compte des États-Unis. Israël héberge l’EI dans le plateau du Golan et l’OTAN, en liaison avec le haut commandement turc, est impliqué depuis mars 2011 dans la coordination du recrutement des combattants djihadistes envoyés en Syrie. En outre, les brigades de l’EIIL en Syrie et en Irak sont intégrées par des forces spéciales occidentales et des conseillers militaires.Tout cela est connu et documenté, mais pas un seul chef d’État ou chef de gouvernement n’a eu le courage de souligner l’absurdité de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies proposée par les États-Unis et adoptée à l’unanimité le 24 septembre. « Absurdité » est un euphémisme. Il s’agit d’une entreprise criminelle sous les auspices des Nations Unies." Michel Chossudovsky

"La lutte contre le terrorisme ne peut être menée par les pays qui ont contribué à la création d'organisations terroristes et les ont soutenues sur le plan technique et financier"
Bachar el-Assad

À Paris se sont réunis près de trente pays qui veulent la guerre. Tout fier, le Président français (qui ne représente plus guère la France) n’est pas avare de bons sentiments : il nous parle de lutte contre le terrorisme, de démocratie, d’humanité en danger, d’unir nos efforts, etc. Ce serait plus convaincant s’il n’avait pas lui-même aidé, protégé, armé ces mêmes terroristes de Daesh qu’il présentait comme des modérés quand il les appelait à se battre contre la Syrie présidée par Bachar el Assad.
../...
En somme, sachant que les mercenaires de Daesh sont des hommes de main de l’Occident (à savoir les États-Unis, les pays de l’Union européenne, Israël et les pays arabes à leur solde), sachant que Bachar el Assad, la population syrienne et l’armée arabe syrienne mènent depuis plus de trois ans une lutte victorieuse contre cet Occident qui se bat par procuration en armant, finançant, instruisant des hordes barbares, sachant que la population française, dans sa majorité jamais consultée, soutient la Palestine et la Russie agressées par ce même Occident, on est en droit de considérer que cette nouvelle guerre a trois objectifs.
Le premier est de pérenniser la division en trois entités confessionnelles de l’actuel Irak. Le deuxième est de chercher à tuer Bachar el Assad et de semer le chaos en Syrie, comme ont été tués Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein, en éliminant au passage le Hezbollah, présent en Syrie et ultime rempart au Liban contre les agressions d’Israël. Le troisième objectif de guerre est à usage interne (en tout cas en France, mais on peut supposer que les autres pays européens sont sur la même longueur d’onde) : museler le peuple.
En France, une loi est en cours d’adoption. Elle est de même nature que le « Patriot Act » étasunien : supprimer les droits du peuple pour sécuriser le capital. Il ressort que la liberté de circuler sera suspendue, votre passeport pouvant être confisqué au moindre soupçon policier. Il suffira par exemple que vous ayez exprimé une opinion favorable au Hezbollah ou à la Résistance palestinienne. Internet est évidemment une cible. L’accès aux sites qui combattent l’impérialisme pourra être interdit, toujours sur décision policière. Et les auteurs pourront être condamnés à de lourdes peines.
Mais ces trois buts de guerre ne sont pas encore atteints. La Syrie a déjà déclaré qu’elle ripostera à toute agression sur son territoire ; elle a de nombreux atouts en main. La Chine et la Russie ne resteront pas de leur côté les bras croisés. Les coalisés pourraient ainsi avoir de belles surprises balistiques et informatiques.
En France même, les protestations contre les lois liberticides arrivent de toutes parts, et on se dirige clairement vers un gouvernement autoritaire. Et nul besoin d’être devin pour voir qu’au-delà des enjeux militaire et économique, il y a celui du contrôle de l’opinion. Or « l’opinion », c’est chacun de nous : alors, protestez, dénoncez, manifestez, faites chauffer les réseaux sociaux. D.R.

ISIS, AL-QAIDA, LE MOSSAD  - Même chose : LA CABALE DE LA CIA!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire