lundi 13 octobre 2014

* 13/10 - LE JUGEMENT
ET SES DEGATS SUR TOUS.
 par Michaël, transmis par Soraya le 28 Septembre 2014

jugementTrès Chers Amis et Camarades, puisque nous sommes tous reliés par une Camaraderie Céleste qui fait que ce que «l’un» fait l’autre le reçoit et ce que l’autre pense tout bas «l’un» le reçoit aussi.
Vous êtes tous inter-reliés et qui ne le sait pas aujourd’hui où tant d’enseignements vous l’ont rappelé et vous ont rappelé à l’ordre aussi.

Tout ce que vous pensez influe sur l’autre et tout ce que l’autre fait ou décide influe sur vous.
Quand vous estimez «devoir» émettre «votre opinion», vous en profitez pour glisser un jugement et quel jugement dites-Moi ?
Celui qui vous conduira à une plus grande reconnaissance ? Non !
Celui qui vous gratifiera ? Non !
Celui qui vous permettra de «gagner» ? Non !
Celui qui va venir vous nuire immédiatement, au détriment de ce que vous possédez de plus précieux, après de si longs et laborieux efforts : la Paix  ? OUI, OUI et OUI !
Votre opinion qui est souvent le reflet de ce que vous déduisez en comparaison à ce que vous pensez, ce que vous dites ou ce que vous faites, vous détruit très Chers Amis et Camarades.
La camaraderie ne vous permet surtout pas de juger et surtout pas de vous servir du jugement pour déguiser une opinion.
Une opinion est un avis sincère qui découle de ce que vous avez vécu et en aucun cas le jugement est une opinion, un avis.
Votre jugement déguisé en opinion est le meilleur moyen que vous avez trouvé, aujourd’hui, pour vous convaincre que vous le dites parce que vous êtes sincères ou que vous le dites parce que votre loyauté vous oblige à le faire.
Non ! Cessez de vous mentir. Qui que vous soyez vous avez à rester neutre. Décrire une situation ou un ressenti et le formuler en donnant votre opinion doit se faire sans émettre de jugement.
Si Je vous parle de cet aspect là, c’est tout simplement très Chers Amis que vous êtes nombreux à vous prévaloir de cette « fausse sincérité » alors que vous ne cessez de juger tout et vous-même aussi.
Vous ne cessez de « juger » sous prétexte que vous êtes mieux et vous ne cessez de juger pour vous auto-gratifier.
Il est temps de vous dire que la vie des uns et des autres ne vous regarde pas et que le temps est arrivé pour que, maintenant, vous ne restiez centrés que sur QUI vous êtes et sur ce que vous faites.
Comment pouvez-vous parvenir à avancer dans la constance si vous pensez sans cesse aux autres, à leurs dires, à leurs actes bons ou mauvais.
N’ont-ils pas à apprendre de ce qu’ils vivent dites-Moi ?
Quel intérêt pour vous de comprendre pourquoi celui là pense comme cela alors que vous, vous pensez ainsi ?
Quel intérêt de dénigrer untel car il a agit ainsi alors que votre morale vous l’interdit ?
Quel intérêt d’imaginer ce que la vie de l’autre serait devenue s’il avait suivi votre conseil ?
Quel intérêt de vous « humilier » en vous persuadant que ce qu’il pense est contre vous, que cela vient vous nuire et détériorer votre notoriété auprès de tous parce qu’il ou elle a osé vous contredire, vous défier alors qu’il a ou elle a tout simplement émit un avis différent et qu’il ou elle a OSE !
Vous voulez tous contrôler alors que vous avez à maitriser ?
Vous voulez tout connaître, ce qu’il se passe chez les uns et les autres, alors que vous devez vous contenter de savoir QUI vous êtes.
Vous voulez tout obtenir au détriment de tout ce que vous possédez déjà en vous et que vous ne parvenez pas à utiliser.
Vous savez ce que vous n’avez pas et vous ne savez pas ce que vous êtes.
Vous arrivez à avancer et au moment où vous avez atteint un niveau très appréciable par vous et par nous, vous rechutez de plus belle.
Ne vous lassez-vous pas de ces vas et viens qui ne cessent de vous nuire tant ?
Vous avez à maintenir une constance dans votre évolution par une conscience constante voyez-vous et alors, dites Moi, cela vous le saviez ou pas ?
« S’il vous plait »,  finissez de vous perdre et retroussez vos manches afin que vous arrêtiez de nous stopper en cours de route.
Nous passons trop de temps à faire des « pauses » pour vous attendre car vous avez décidé de vous éloigner de vos chemins. Stop ! Voulez-vous ?
Il est fatiguant, même pour nous, de le constater alors que tout est là pour que nous puissions avancer à un rythme soutenu, grâce à ces énergies très particulières qui vous sont offertes.
Ressentez-les et offrez-vous les  « s’il vous plait »  très Chers Amis,  « s’il vous plait »,   car c’est ainsi que vous vous exprimez quand vous demandez une faveur.
Alors à Moi, aujourd’hui, de vous formuler ma faveur : « poursuivez votre route en espaçant de plus en plus vos « pauses » et, ainsi, vous arrêterez de vous plaindre et de vous occuper des autres. »
Amen.
Soyez bénis Mes très Chers Amis et voyez dans mon message beaucoup d’Amour pour vous.
Archange Mickael


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire