jeudi 9 octobre 2014

09/10 - LES EXTRATERRESTRES 
ET LE CONTACTÉ HOWARD MENGER

Avec George Adamski, Daniel Fry et Truman Bethurum, Howard Menger fut l’une des figures les plus marquantes du monde des contactés d’outre-espace dans l’Amérique des années 1950 et 1960. Son livre "From outer space to you" paru en France en 1965 sous le titre "Mes Amis, les hommes de l'espace", contribua à médiatiser le phénomène OVNI et à susciter un engouement de la part du public mais aussi de vives polémiques quant à son authenticité.

Howard Menger fut l'objet d'une attention toute particulière non seulement du public mais également des services secrets américains, avec lesquels il n'hésita cependant pas à collaborer en bon patriote qu’il était, ce qui le rendit d’ailleurs suspect aux yeux de nombreux ufologues.

Joël Baran a réussi avec brio à réhabiliter cet étrange personnage longtemps dénigré par la plupart des spécialistes, aidant ainsi à diffuser le me
ssage des extraterrestres avec lesquels il fut en contact. Son témoignage, dont voici des extraits, devrait en surprendre plus d’un par son haut niveau spirituel, ainsi que par la modernité de certains concepts scientifiques et nutritionnistes que l’on commence seulement à accepter en ce début du XXIème siècle. 




Howard Menger avait 8 ans en 1930 quand sa famille décida de s’installer dans la campagne de High Bridge située dans le New Jersey (USA) (…) Quand il évoque dans son livre cette douce période de sa vie, les lecteurs imaginent très bien le plaisir et l’extase qu’il devait ressentir au travers de ses tribulations dans les champs, les bois et les rivières de ce cadre bucolique. 

« Nous les enfants, écrit-il, étions enchantés de notre nouvelle maison de campagne. Les champs étaient couverts de marguerites quand nous vîmes la ferme la première fois. Derrière la maison, il y avait des arbres fruitiers, des bois et des ruisseaux qui formaient un vrai paradis pour deux garçons pleins d’énergie comme nous. 

Mon père et ma mère travaillèrent dur pour installer notre modeste bungalow. Pendant ce temps mon frère et moi prenions plaisir à faire des longues marches à travers bois et champs. Nous jouions aux explorateurs et nos tribulations dans les jungles des bois avoisinants, tout pleins de dangers imaginaires et délicieux, nous excitaient fort… L’hiver, le paysage se transformait en champs de neige immaculés. (...) 

Je ne sais pourquoi je me souviens de cette époque à la ferme avec une émotion triste qui me serre la gorge. Enfant, je pensais déjà que tous ces merveilleux instants ne pourraient pas durer, que bientôt, je serais un homme, et qu’une fois devenu grand, je ne pourrais plus jamais ressentir ni expérimenter à nouveau de tels moments et de semblables sentiments d’extase. » (...) 

Howard Menger éprouvait le même amour et la même fascination envers la nature qu'Edgar Cayce ou Rose C. Il ressentait envers elle la même émotion et le même sentiment d'harmonie et de communion. Cette attirance est-elle le signe de facultés psychiques plus développées que la normale ? Peut-être pas systématiquement, mais ce fut bel et bien le cas en ce qui concerne Edgar, Rose et Howard. 

 Les premiers contacts. 

Howard Menger commença très tôt, en compagnie de son jeune frère, à voir des "disques" volant dans le ciel, et ceci à plusieurs reprises, jusqu'au jour où l'un de ces objets atterrit dans la prairie où ils étaient en train de jouer. Un autre objet du même genre mais plus vaste planait au-dessus du précédent comme pour les observer. Finalement, à l'approche des deux enfants intrigués, les deux vaisseaux s'éloignèrent à une vitesse stupéfiante dans un éclair de lumière. 

Le jeune Howard continua ses escapades dans la nature, s'extasiant de la beauté de la forêt. Et puis, à l'âge de 10 ans, il fit la rencontre d'une jeune et merveilleuse femme assise sur un rocher au bord d'un ruisseau. Pour résumer la description de Menger, cette jeune femme était d'une beauté indicible, comparable à celle d'un ange. Elle lui révéla avec beaucoup de tendresse qu'elle le connaissait depuis très longtemps et qu'il avait une mission sur la Terre. Il retint quelques mots tels que "fréquence", "vibration", "développement" ou "lois universelles", mais ne put alors comprendre ce qu'elle voulait dire. Elle lui parla de grands changements qui allaient se produire dans notre monde ainsi que de guerres dévastatrices, liées à l'incompréhension des peuples. Avant de partir, elle lui assura que d'autres Êtres venant d'ailleurs viendraient lui rendre visite par la suite, notamment une certaine Marla, qui n'était autre que sa propre sœur. 

Elle était d'une beauté indicible, 
comparable à celle d'un ange.


À partir de 1942, Howard Menger fut incorporé dans l'armée et fit effectivement de nouvelles rencontres extraordinaires. Alors qu'il se trouvait en permission au Texas, il fut interpellé par un homme bronzé, aux longs chevaux blonds, qui l'invita à entrer dans le taxi qu’il occupait afin de discuter avec lui. Mais il refusa, préférant rentrer au camp et rejoindre ses camarades. Peu de temps après, il se retrouva face à ce qui lui semblait être un autre militaire au vu de son uniforme kaki et de sa coupe de cheveux assez courte. 

Après un bref message télépathique émis par ce dernier, Howard se remémora subitement les propos de la jeune femme blonde au bord du ruisseau à propos des nouvelles rencontres qu'il serait amené à effectuer. C’est alors que l'individu lui confirma que lui et son comparse du taxi étaient bel et bien des hommes de l'espace. 

Il lui révéla que de nombreux Mexicains avaient jadis été en contact avec des visiteurs extraterrestres et que son propre peuple avait aidé les Aztèques bien longtemps avant l'arrivée des Conquistadors. Ils possédaient des disques d'or qui s’avéraient être des instruments soniques utilisés pour des lévitations. Ils devaient être syntonisés avec la longueur d'onde des personnes qui les utilisaient. (...) Mais ces merveilleux instruments furent détruits au moment de l'invasion de peuples belliqueux. 

L'homme en uniforme lui confia également que le personnage du taxi ne venait pas en fait de la même planète que lui et qu'il avait pour principale mission d'entrer en contact avec des descendants d'une race ancienne de sa propre planète, qui étaient venus sur la Terre il y a sans doute très longtemps. 

Après lui avoir révélé qu'il n'était pas le seul contacté, il annonça à Howard que la prochaine rencontre aurait lieu à Hawaï. Et effectivement, la prédiction s'avéra être exacte. Ainsi, non seulement ces Êtres, qui se confondaient parmi la population sans le moindre problème, étaient télépathes, mais ils semblaient connaître aussi bien notre passé que notre présent et notre avenir. 

Après différentes péripéties militaires, les rencontres avec d'autres Êtres de l'espace, principalement des Vénusiens ou des Martiens, continuèrent de plus belle, apportant leur nouveau lot de révélations spirituelles et de prédictions, comme l'annonce, des mois à l’avance, de l’explosion atomique d'Hiroshima. 

 Le retour aux sources. 

De retour aux États-Unis à la fin de la seconde guerre mondiale, Howard alla s'installer avec sa femme et son enfant dans le New Jersey avec l'ambition d’y créer une entreprise de peinture. Un beau jour, pris de nostalgie, il revint dans le bois magique de son enfance, là où il avait fait son extraordinaire rencontre avec la jeune femme sur le rocher. 

Alors qu'il était probablement perdu dans ses pensées, un vaisseau en forme de disque semblant surgir de nulle part se matérialisa sous ses yeux avant d’atterrir dans la clairière. Et comme par enchantement, la jeune femme se retrouva à nouveau là, devant lui, cette fois flanquée de deux de ses compagnons également de type nordique. À sa grande stupéfaction, malgré les 14 ans qui s'étaient écoulés depuis ce jour mémorable, celle qu'il avait comparée à un ange ou à une fée, n'avait strictement pas changé et paraissait toujours avoir 25 ans. 

Comme par enchantement, la jeune femme se retrouva à nouveau là, devant lui. Mais cette fois, elle était en compagnie de deux autres Êtres également de type nordique. 

Avec un petit air taquin, elle lui confia qu'elle était vénusienne et âgée de plus de 500 ans, précisant que dans les temps anciens, certains hommes étaient capables de vivre des centaines d'années sur notre planète, quand l'atmosphère y était similaire à celle de Vénus. « Ce n'est pas seulement l'atmosphère de Vénus », s'empressa-t-elle d’ajouter, « mais la façon de vivre des gens de notre peuple, leur façon de penser et de se nourrir qui sont la cause d'une telle longévité ! Quand nous vivons selon les Lois de notre Créateur, nous sommes bénis par le don de longévité. Mais ce n'est pas le plus important. Ce n'est que l'un des moindres de nos bonheurs. » 

Howard se vit confirmer que son instruction continuerait par le biais de nouvelles rencontres, et qu'à son tour, il aurait pour mission de diffuser "les Lois de la Sagesse Universelle", afin de sauver la race humaine d'elle-même. Mais elle lui recommanda avec une certaine solennité d'attendre l'été 1957. 

 Le tournant de l'année 1956. 

À partir de 1956, Howard Menger obtint l'autorisation de prendre des photos de vaisseaux et de les montrer à ses proches, tout en sachant que l'impact serait limité en raison de leur mauvaise qualité provoquée par le rayonnement des astronefs. Les Êtres qui l’avaient contacté tenaient aussi apparemment à ne pas déclencher de gros chocs psychologiques, estimant que le processus visant à nous convaincre de leur présence sur Terre se ferait de toutes façons lentement. Howard avait également leur accord pour faire venir quelques témoins de son choix. 

Le livre "Mes Amis, les Hommes de l'Espace" reprend de nombreuses photos de ces vaisseaux, dont certains ressemblent étonnamment au modèle vénusien popularisé par George Adamski


Ci-dessus : traceur magnétique d’origine vénusienne avec son occupant au premier plan. Une aura ou un champ de force semble émaner du vaisseau (Source : livre). Le rayonnement électromagnétique interdit qu’une scène analogue à celle illustrée ci-dessous puisse être photographiée. 




Ci-dessus : autre photo de modèle vénusien très proche de ceux déjà photographiés par George Adamski.
 

Quant aux petits disques au diamètre inférieur à un mètre dont il avait remarqué de temps à autre la présence, des Vénusiens lui expliquèrent qu'ils servaient à les informer des émotions, des pensées, des intentions possibles et même des vies antérieures des personnes observées, tout en prenant soin de préciser que les prévisions de leurs appareils n'étaient pas infaillibles du fait du libre-arbitre de l'être humain. 

1956 fut également l'année des premiers voyages à l'intérieur des vaisseaux où les technologies employées n'avaient évidemment aucune comparaison avec les nôtres. À ce sujet, les Êtres de l'espace confièrent à Howard que nos scientifiques n'étaient pas très loin de percer le secret de la téléportation. 

Nota : Était-ce une allusion à la célèbre expérience de Philadelphie de 1943, qui consista à rendre un navire de guerre invisible sur des écrans radar ? L'expérience tourna au désastre : le navire et l'équipage lui-même disparurent totalement pour réapparaître peu de temps après avec de terribles conséquences physiologiques et psychologiques pour les membres de l'équipage. L'affaire fut rapidement classifiée au plus haut niveau de sécurité. 

Vinrent ensuite les rencontres en présence de témoins et les premières émissions de radio ou de télévision qui renforcèrent considérablement la notoriété d'Howard Menger à travers le pays. Il révéla alors ne pas avoir affaire uniquement avec des Vénusiens ou des Martiens. 

D'autres Êtres en provenance de Saturne participaient aussi à l'instruction d'Howard. C'est grâce à un Saturnien qu'il put ainsi apprendre à jouer du piano, à sa grande surprise, le temps d'une seule leçon. Une composition spéciale fut d'ailleurs produite en disque vinyle sous le titre "Music from another planet (Musique d'une autre planète)". 

L'anecdote des "pommes de terre lunaires" mérite également d'être citée : Howard présenta un jour à la presse des pommes de terre sensées avoir poussé sur la Lune ! Après analyse, il fut constaté que leur taux de protéines était bien plus élevé que celui de toutes les espèces connues à l’époque. 

 Produits de la technologie vénusienne 

Selon Howard Menger, l'apprentissage des différentes langues de notre planète ne présente aucune difficulté si l’on utilise ce que les Vénusiens appellent un "convertisseur transformateur linguistique". Celui qui veut apprendre une nouvelle langue doit simplement se munir d'électrodes reliées à un ordinateur. Il lui suffit alors de s'asseoir sur un siège devant un écran. 

Nota : Dans le film "Matrix" réalisé en 1999 par les frères Wachowski, les "résistants" disposaient d'un instrument analogue, qui leur permettait de maîtriser n'importe quelle discipline en l'espace de quelques secondes. C'est grâce à lui que le héros Néo put par exemple passer maître dans l'art du Jiu-Jitsu. 

Une autre technologie montrée à Howard Menger permettait de convertir les impulsions cérébrales d'abord en sons, ensuite en énergie lumineuse, afin de visualiser les pensées. (...) 

Par la suite, et très probablement sous la direction télépathique de ses amis, Howard se mit à développer lui-même des prototypes de moteur à énergie libre dont le principe reposait apparemment sur l'utilisation de certaines forces magnétiques. 

Voici ci-dessous une photo d'Howard Menger présentant son invention. D'autres photos de la même invention figurent également dans le livre "Mes Amis, les hommes de l'espace". 


Menger avait à une époque supposé que les prouesses technologiques devaient forcément correspondre à l'avancée spirituelle des visiteurs extraterrestres. Hélas, il dut se rendre à l'évidence : il n'en était rien ! D'après les déclarations de ses amis, certains de ces êtres étaient et sont toujours animés d'intentions particulièrement malveillantes à notre égard. 

« Il y a sur la Terre un très puissant groupe d’êtres extrêmement savants en technologie, en psychologie, et, ce qui est le pire de tout, en télé-influence. Ils dirigent les personnalités qui occupent des postes importants dans les gouvernements. Ce groupe est lié à l’Anti-Dieu ; il est en quelque sorte l'instrument de votre mythique Démon. Ils manient non seulement des habitants de cette planète mais aussi des habitants de Mars. Et aussi d'autres êtres qui vivent sur votre propre planète, mais dont vous n'avez encore jamais entendu parler. Des êtres qui jusqu'à maintenant n'ont été ni observés, ni découverts. Une sorte de peuple souterrain. Ce groupe a infiltré les organisations religieuses pour duper vos populations en leur insufflant une conception fausse de la vérité qui avait déjà circonvenu votre humanité il y a des milliers d'années. Ils se servent de la crédulité et de la foi des masses populaires pour atteindre leurs objectifs.» 

Howard comprit alors que lui-même n'échapperait pas aux attaques de la Conspiration ni à certains désagréments dont ses membres seraient à l’origine. 

 Les voyages interplanétaires 

Lors d'un voyage sur la Lune, Howard remarqua la présence d'astronefs posés à proximité des cratères ainsi que la présence de constructions en forme de dôme. (…) Ce voyage lui offrit l'opportunité de rencontrer un Être encore plus impressionnant que les précédents, par son rayonnement physique et intellectuel, comme si son apparence allait de pair avec sa maturité spirituelle. Il lui fit part d'un certain nombre de révélations qui allaient bouleverser le cours de sa vie à tout jamais. (…)

Le 1er septembre 1956, ses Amis de l'espace emmenèrent Howard sur la planète Vénus qui, curieusement, ressemblait plus à un paradis qu'à la description infernale généralement avancée par les scientifiques (plus de 400° C., nuages d'acide sulfurique, etc.). Il vit par une fenêtre du vaisseau de magnifiques édifices en forme de dômes au milieu de forêts et de vastes étendues d'eau. Des véhicules circulaient sans roues et semblaient flotter au-dessus du sol. 

Le voyage suivant concernait à nouveau la Lune mais, contrairement aux précédents limités à quelques heures au grand maximum, il dura 15 jours, le temps, lui expliqua-t-on, de faire subir au corps un changement de polarité et de fréquence vibratoire.

En regardant par le hublot, Howard ne comprenait pas pourquoi le Soleil avait l'apparence d'une boule rouge et surtout le fait qu'il ne brillait pas. (...)

Autre surprise : la Lune semblait comporter quelques nuages et donc une atmosphère ! L'explication d'une telle perception résidait-elle dans la constitution du verre du hublot, qui aurait déformé les apparences ? Ou alors, les perceptions visuelles d'Howard se trouvaient-elles modifiées à cause du changement de fréquence vibratoire ? Il reste une dernière solution : celle toute bête de la désinformation des astronomes de la NASA qui se refusent à nous livrer l'exacte réalité du corps lunaire. Je penche personnellement pour la deuxième hypothèse, tout en sachant que je me trouve peut-être loin de la vérité.

Une fois posé sur le sol lunaire comparable au désert terrestre, Howard Menger fut étonné en regardant le ciel d'y voir une couleur jaunâtre. Et il n'était pas encore au bout de ses surprises ! En effet, il constata que, suivant les endroits, il pouvait respirer l'air sans difficultés ou presque. Cette déclaration rendit sceptiques de nombreux ufologues au point que certains, parmi les plus fervents supporters de Menger, envisagèrent plutôt l'hypothèse de la visite d'une autre planète voire d'un autre satellite au sein du système solaire ou d'ailleurs même. Or, à la lumière des plus récents comptes-rendus scientifiques, on serait aujourd'hui d'accord pour admettre la présence d'une atmosphère lunaire. Ce qui est sûr en tous cas, c’est que ce qui paraissait encore complètement absurde et incongru il y a une trentaine d'années, l'est de moins en moins aujourd'hui !


Cette photo prise sur la Lune montre un astronef atterrissant à côté d'une construction en forme de dôme. (Source : livre.)

Howard savait déjà dans le vaisseau qu'il n'était pas le seul invité terrien. Il rejoignit un groupe de personnes et commença en leur compagnie la visite d'une sorte d'exposition interplanétaire où chaque civilisation extraterrestre avait apporté sa contribution artistique et technologique.

L'une d'elles montrait par exemple le nettoyage de vêtements grâce au recours à une machine exploitant des ondes haute-fréquence.

Le séjour sembla passer très vite pour Howard Menger, mais il y a toutefois un point qu'il ne précise pas : les 15 jours du voyage correspondaient-ils à 15 jours terrestres ? Plus d'une fois en effet, il eut l'impression que le temps en compagnie de ses amis de l'espace ne s'écoulait pas de la même manière que sur la Terre. Un détail physiologique lui mit en quelque sorte la puce à l'oreille : il s'étonna en effet que sa barbe n'ait pas poussé d'un poil tout au long du voyage.

Cela dit, il avait déjà remarqué que la pilosité revenait même pour les Êtres de l'espace, quand ces derniers se trouvaient sur Terre en mission prolongée parmi nous. Cette anecdote physiologique était-elle liée à certaines particularités de notre planète ? À notre atmosphère ? À notre alimentation ? À notre fréquence vibratoire ?

 La rencontre avec Connie-Marla

Un jour, alors que son ami, George Van Tassel, un autre contacté californien, faisait une conférence, Howard remarqua dans l'auditoire une jeune femme et reconnut immédiatement en elle Marla, la sœur de la jeune femme sur le rocher rencontrée 24 ans plus tôt. Cet événement lui débloqua la mémoire : il se souvint que, dans une autre réalité, il était un instructeur spirituel saturnien nommé Sol da Naro et elle, une vénusienne d'une beauté digne d'une princesse de conte de fées. 


Connie Menger dite Marla (Source : livre.)


Howard Menger se sépara alors de sa femme et de ses enfants pour commencer une relation amoureuse avec celle qui allait devenir Madame Connie Menger. (...)


Howard et Connie Menger à l’époque de leurs premières amours.


Le couple devint rapidement célèbre, mais cette célébrité allait malheureusement provoquer bon nombre de désagréments. De plus en plus de curieux, à la limite du fanatisme, venaient les harceler, campant littéralement devant leur maison du New Jersey. De plus, le gouvernement US avait assigné Howard à communiquer à titre exclusif certaines informations sensibles des Visiteurs.

En 1965, lors d'une émission à la télévision, Howard Menger déclara que ses expériences, notamment celle de High Bridge où plusieurs témoins avaient assisté aux évolutions d'un ovni, répondaient en fait à une manœuvre d'intoxication menée par le gouvernement américain pour tester les réactions psychologiques des personnes présentes. De nombreuses personnes proches d'Howard remarquèrent son attitude inhabituelle, en proie manifestement à une certaine inquiétude. Au point qu'ils se demandèrent s'il n'avait pas cédé aux pressions de certains services secrets.

Las de toutes ces sollicitations, Howard et Connie déménagèrent en Floride et se retirèrent du milieu "soucoupiste" pour tenter de vivre et d’élever leurs enfants dans la tranquillité et la sérénité, jusqu'en 1991 où ils sortirent du silence avec la publication d'un nouveau livre écrit conjointement "The High Bridge Incident" (non édité en France). (...) Puis ils se mirent ensuite à voyager dans le monde entier pour parler de leurs fantastiques expériences.

D'après certaines sources récentes, Howard n'aurait pas renoncé à poursuivre dans son atelier ses travaux sur la mise au point d'un moteur à énergie libre, dans le but (utopique ?) de construire son propre vaisseau.


Howard et Connie Menger (Source : livre.)


 Révélations extraterrestres : l’Enseignement des Amis d’Howard Menger.

NOTA : les thèmes présentés ci-dessous ne sont qu’un petit résumé des nombreux sujets abordés dans les livres d’Howard Menger.

- Le corps humain

Notre corps est fabriqué avec un nombre infini de petits systèmes solaires, exactement comme notre propre système solaire ; chacun d'eux a son propre champ ou sa propre force gravitationnelle autour de lui, avec des particules qui tournoient sur leurs orbites respectives, comme le font les planètes. Tous ces composants sont maintenus dans leurs orbites par cette force gravitationnelle, en équilibre presque parfait.

- La télépathie

Les télépathes sont conscients qu’ils peuvent s’extraire du temps. Jadis, les hommes disposaient de ce don grâce à certaines glandes situées sous le cerveau. Ces glandes sont maintenant dégénérées et atrophiées, exactement comme les muscles d'un homme deviennent mous en l'absence d'exercices convenables.

- Le couple

Les deux membres du couple devraient s'unir spirituellement et mentalement, se compléter l'un l'autre émotionnellement et physiquement, et être parfaitement unis. Le couple est une entité biologique et sociale pour la conception et l'éducation des enfants, mais aussi pour le développement et la meilleure expression de l'âme de ses membres.

Quand deux êtres sont parfaitement unis, ils restent ensemble aussi longtemps que leur désir et leurs progrès mutuels continuent, parfois pendant de nombreuses vies successives. Ils créent des enfants, qui sont aimés par tout le monde. Leurs enfants sont formés très tôt.

Leur système social est communautaire. Ils partagent les bienfaits de la vie. Mais, s'ils le veulent, ils peuvent s'isoler et avoir une vie privée, aussi souvent qu'ils le désirent.


- Le travail sur Vénus

Il n'y a pas de travail tel que nous le connaissons sur Vénus. Les Vénusiens ont des technologies et des appareils complexes qui font le travail physique vite et efficacement à leur place. Tous les autres travaux sont volontaires et accomplis avec amour. Tous les produits sont partagés sans être payés avec de l'argent.

Tout est partagé, et les talents mis à la disposition de chacun, de telle manière que chacun puisse subvenir librement à ses besoins et à ses désirs.


- Le régime alimentaire 

Quand on consomme des aliments corrects, poussés dans un sol naturel parfaitement équilibré, ils produisent un sang qui est sain. C'est le sang qui véhicule les principes nutritifs à travers tout le corps. Quand le sang est parfait, le corps fonctionne parfaitement.

Les règles de régime de nos divers groupes religieux se rapprochent souvent de ces lois naturelles, mais en sont encore des interprétations fausses. Les régimes alimentaires ne devraient jamais être considérés comme des sacrifices, mais comme des contributions positives à la santé et à l'exercice de la considération que nous devons aux animaux.

Notre régime alimentaire et notre comportement sont l’expression de notre niveau d’évolution. Et nos amis de l’espace ne s’attendent pas à ce que nous changions du jour au lendemain.

Ils suggèrent à ceux qui désirent abandonner le régime carné pour un régime à leur avis plus humain et meilleur, de commencer par éliminer d'abord les viandes rouges, telles que le bœuf, le porc, l'agneau. Ils devraient procéder par étapes et se tourner d’abord vers le poisson et la volaille, avant d’éliminer la volaille, et finalement le poisson.

Il leur est arrivé de me demander de leur apporter de la nourriture. Ils réclamaient surtout des jus de fruits glacés, des conserves de fruits et de végétaux, du pain complet, du blé germé et des aliments du même genre. Ils refusaient de boire du lait, évitaient les oranges, les citrons, et les pamplemousses nouveaux. Ils préféraient les fruits mûris sur l'arbre quand je pouvais en trouver ; quand je ne le pouvais pas, ils demandaient des aliments congelés.(...)

Ils m’ont expliqué que nos engrais chimiques ne sont pas une réponse correcte aux problèmes de notre sol appauvri, parce qu'ils ne satisfont pas les besoins en matériaux organiques de notre sol.

Les fermes de Vénus produisent des fruits, des végétaux, des fleurs. Elles n'élèvent pas des animaux de boucherie puisque les Vénusiens ne mangent pas de viande. Les animaux vivent libres et complètent leur cycle de vie d'une façon naturelle.

Les enfants sont nourris au sein pendant quelques mois, puis avec des aliments naturels, tels que des fruits et de la pulpe de végétaux. On ne leur donne pas de lait d'animal.


- La science

La science se crée elle-même des limites et entrave les progrès des conditions de vie des populations, en n'acceptant de s'occuper que des phénomènes que l'on peut prouver objectivement, et non pas des réalités vraies perçues d'une façon subjective.

Les savants observent un phénomène qui se produit devant eux, mais, s'ils ne peuvent pas dire comment ou pourquoi il est arrivé, ils le rejettent. Les phénomènes ne sont catalogués comme scientifiques qu’aussi longtemps qu'on peut les reproduire dans le cadre d’expérimentations définies par des règles statiques. La science dans sa forme actuelle ne peut permettre de tout expliquer ; c'est pourquoi nos savants sont condamnés à élaborer une nouvelle science, supérieure à la science actuelle.


- L'énergie des vaisseaux 

C'est une force électromagnétique, pareille à celle qui déplace les planètes, les soleils, et même des galaxies entières sur leurs orbites.

Les astronefs extraterrestres ne tournent pas sur eux-mêmes. C'est l'émission en spirale du rayonnement des vaisseaux qui donne cette apparence de rotation. Le pôle supérieur positif émet des rayons centrifuges produits par le rassemblement et la concentration de particules lumineuses à partir d’un canal tourbillonnaire central. Ces émissions lumineuses qui fusent vers l'extérieur ressemblent à des rayures en spirales. La polarité inférieure négative fonctionne en sens inverse. L'émanation de substance lumineuse est contenue dans un champ neutre qui est vide et ovoïde.

Nota : Cet extrait, qui figure dans le livre d'Howard Menger, provient en fait d'un autre contacté, George Van Tassel. 


- L'énergie libre

Nos amis de l'espace ne comprennent pas pourquoi nous fabriquons des machines si compliquées, qui fonctionnent d'une façon que nous disons simple, mais qui ne l'est pas. Eux extraient de l'énergie des électrons présents dans l’atmosphère et transfèrent la force qui entoure chaque électron en différentes formes d’énergie qui ne coûtent presque rien, puisqu'elles utilisent, à la base, l'énergie libre.
Tandis que nous, nous produisons d'abord des électrons au moyen d'une force brutale, puis nous les envoyons dans des conducteurs électriquement isolés, qui font fonctionner nos appareils compliqués, de nouveau au moyen d'une force brutale.

Les hommes de l'espace ne détruisent pas les électrons ; ils se contentent d'utiliser la puissance qui entoure chacun d'eux et l'utilisent d'une façon constructive, puis les électrons libérés continuent leur route, se rechargent et sont utilisables de nouveau.


- La mort et la réincarnation

Rappelez-vous que l'assassinat d'un homme ou la destruction atomique collective procèdent d’une même attitude criminelle, tout aussi blâmable dans un cas que dans l'autre.
En réalité cependant, la mort n'est qu'une illusion. Seul le corps physique, la coquille meurt, et même elle n'est pas réellement détruite. L'âme continue à vivre éternellement, apprenant par ses fautes mêmes. Elle s'améliore sans cesse.

Les gens vivent dans la peur de la mort, quand en vérité il n'y a pas de mort. Il n'y a qu'une transition d'une condition d’expérimentation à une autre.

La réincarnation est précédée par une transition ou un changement appelé mort, mais celui-ci n'est pas la fin de la conscience, mais la continuation d'expériences vécues sans l'intermédiaire des sens du corps physique. (…) Nous avons toujours été, et nous existerons toujours - Nous sommes éternels, comme l'univers, comme Dieu.

Bien des gens se rappellent de leurs vies passées pendant leur enfance. Les jeux et l'imagination des enfants sont parfois des souvenirs de leurs vies passées.


- Le Karma

Le Karma est une expression héréditaire compensatrice dans notre monde. On peut échapper aux conditions karmiques si on dispose des facultés psychiques supérieures de la conscience, mais malheur à ceux qui sont les esclaves du Karma et ne réussissent pas à sortir de leur prison !

- Différence entre un être "rené" et un être réincarné

Un être "rené" est un être qui est venu intentionnellement d'une planète plus évoluée ou bien d'une dimension supérieure sur notre planète en mission, pour instruire ses frères humains et les aider à se développer et à mieux comprendre les Lois universelles du Créateur. Un être réincarné est quelqu'un qui, venu de cette planète, y renaît à cause d'une expression compensatrice héréditaire de la Loi de cause à effet dans le monde physique, que l'on appelle aussi le Karma. Il est pourtant possible de vaincre le Karma ; la compréhension et la conscience bien développée déclenchent une Loi de cause à effet supérieure au Karma.

- L'Homme et sa mission

L'homme doit apprendre ce qu'il est, d'où il vient, et quelle est sa vraie mission sur cette planète.

Il vaut mieux que l'homme ne connaisse pas trop son avenir, car cela risquerait de lui enlever le désir de faire des progrès et de prendre des décisions. Nous devons apprendre par les fautes que nous avons commises dans nos vies passées.

Cette Terre est un champ de bataille où luttent l'esprit et l'âme de chaque être humain. La prière et les bonnes pensées sont notre meilleure protection.


- La religion de Jésus 

La véritable religion ou plus exactement, la juste façon de vivre, consiste à servir Dieu, et à obtenir plus de savoir, afin de pouvoir Le servir mieux encore.

Jésus fut un apôtre de la véritable religion ; il est arrivé au plus haut degré du développement spirituel.


- Le rapport avec Dieu

Dans nos églises, nous disons à nos enfants d'être bons, que sinon Dieu les punira. Ceci est de l'incompréhension. Dieu ne punit personne. Nous sommes responsables de tout ce qui nous arrive. Dieu est tout le monde, toutes choses, et est présent partout, dans un Univers Infini.

L'homme n'est, dans ce monde tridimensionnel, qu'une manifestation physique limitée, infinitésimale. L'homme est comme une grenouille dans un bac, qui ne conçoit pas l'existence d'un lac merveilleux à l'extérieur de son petit monde.


- La matrice ? 

Je me souvins que les hommes de l'espace m'avaient dit que nous vivons dans un monde à trois dimensions qui est une illusion que nos yeux physiques perçoivent. Ils disaient que le corps physique n'est qu'une partie d'une illusion, qu'en réalité nous ne sommes pas du tout ce que nous pensons être.

Ils enseignent que le corps n'est qu'une réflexion ou une expression vibratoire tridimensionnelle dans l'esprit que l'âme utilise pendant une brève période sur cette planète.

La plupart des habitants de la Terre sont prisonniers de leur corps, tandis que les hommes de l'espace contrôlent leur corps et d'autres formes de matière grâce à leurs facultés psychiques.


- La fréquence vibratoire

La fréquence vibratoire d'une planète génère les lignes de forces magnétiques qui environnent chaque corps planétaire physique et tout ce qui est construit de la même matière. Par exemple, sur Vénus et sur Saturne, la fréquence vibratoire est bien plus élevée et les structures physiques sont plus subtiles ; si un homme de la Terre pouvait y aller dans son corps physique actuel, il est vraisemblable qu'il ne pourrait pas voir les formes de vie qui vibrent plus rapidement que la sienne, pas plus qu'il ne peut voir les formes de vie spirituelle qui existent sur et dans sa propre planète. 

La fréquence des vibrations d'une planète se répercute sur le développement mental de sa population.


- L'élévation du niveau de conscience

Nos visiteurs essaient d'élever le niveau de conscience de la population par diverses méthodes telles que la diffusion de renseignements à propos des ovnis, des récits de rencontres avec les leurs, des signes dans le ciel. Ils utilisent aussi des appareils qui influencent mécaniquement notre mental par l'intermédiaire de sons, de couleurs, d'ondes. Ce peut être un son élevé, un chant, une musique particulière. La musique inspirée ouvre des portes dans l'esprit de l’homme et éveille quelque chose qui y était enfoui.

Du fait de notre façon de manger, de penser et d'agir sur cette planète à trois dimensions, nos facultés restent à l'état latent, parfois durant plusieurs vies. Néanmoins, les Lois divines sont là, et ceux qui doivent avoir ces facultés supérieures les obtiendront dès que leur cycle d'expression l'autorisera.

La population de notre planète pourra s'intégrer à la fraternité interplanétaire quand elle sera moins inamicale, et que ses membres feront preuve de plus de tolérance, d'Amour et de bonne volonté les uns vis-à-vis des autres.



À propos de notre impuissance à faire face à certaines réalités, voici ce qu'écrivit Ouspensky dans l'un de ses livres :

« Il existe un conte oriental qui raconte qu'un riche magicien possédait de nombreux moutons. Mais ce magicien était très avare. Il ne voulait pas engager de bergers ni entourer ses pâturages de clôtures. En conséquence, ses moutons s'égaraient constamment dans les bois, tombaient dans des ravins, etc. Et surtout, ils s'échappaient car ils savaient que le magicien voulait leur peau et leur chair, et cela, ils ne l'appréciaient pas du tout !

Alors, le magicien trouva une solution. Il hypnotisa ses moutons et leur suggéra tout d'abord qu'ils étaient immortels et que ce n'était pas leur faire du mal que de les dépiauter ; au contraire, cela leur était très profitable et même agréable ; ensuite, il leur suggéra qu’il était un bon maître qui aimait tellement son troupeau et qu'il était prêt à faire n'importe quoi pour lui ; et en troisième lieu, il leur suggéra que même s'il devait leur arriver quelque chose de déplaisant, cela ne serait pas pour tout de suite, de toute façon pas le jour même, et que dès lors ils ne devaient pas y penser.

En outre, le magicien suggéra à ses moutons qu'ils n'étaient pas du tout des moutons. À certains il suggéra qu'ils étaient des lions, à d'autres qu'ils étaient des aigles, à d'autres qu'ils étaient des hommes, et encore à d'autres qu'ils étaient des magiciens.

Et alors il n'eut plus jamais d'ennuis ni de soucis avec ses moutons. Ils ne s'enfuirent plus jamais mais attendirent tranquillement le moment où le magicien leur prendrait leur toison et leur chair. »

Dans un style différent mais tout aussi révélateur, nous pouvons également citer Guy Tarade :

« Nous sommes sans doute la "ruche" de quelqu'un, et le miel que nous fournissons est d'un type bien particulier. Ceux qui l'utilisent connaissent nos "apiculteurs", que nous connaissons sans doute, mais conditionnés depuis des siècles pour accomplir des desseins qui nous sont imposés, nous "dormons" littéralement tout éveillés, incapables de saisir la réalité. » (Soucoupes Volantes et civilisations d'outre-espace – Éd. J'ai Lu -1969)

Ainsi, quand bien même des Êtres évolués et désireux de respecter notre libre-arbitre nous aideraient à nous faire prendre conscience de nos possibilités, cela passe avant tout par NOUS, par l'éveil personnel, par la Connaissance et surtout par la volonté de modifier nos comportements égocentriques.

Et si on essayait ?

Joël Baran
Diffusion originale : Fred Idylle (ARTIVISION) – Avril 2005
ÈRE NOUVELLE – Mai 2006


Blog de Marie : http://vol370.blogspot.fr/ 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire