mardi 30 septembre 2014

30/09 - JACQUES ATTALI PRÉSIDENT?
 "Considérons notre vie comme une oeuvre d'art, 
pas pour en tirer de l'argent, 
mais pour enrichir l'humanité."
Je trouve que cet Homme donne de judicieuses solutions depuis pas mal de temps
à nos présidents qui n'osent appliquer qu'une infime partie.
Nous pourrions peut-être lui confier les manettes ?
Il applique ses concepts dans le monde. Il connaît le monde. Il met la main à la pâte
et ne se contente pas de faire des discours, d’émettre des théories.

Combien, En France, sont capables de se réjouir du bonheur de l'autre?
Aimer est plus fort que d'être aimé disait Balavoine.


Interviewé sur la 5, ce soir, il a a dit "je suis responsable des conseils que je donne aux présidents, mais pas de leur mise en application."
Quand il a dit il "y aura une révolution dans ce pays", les 2 journalistes ne l'ont pas écouté, pressés de poser LEURS questions.
Cet homme a une énorme expérience, un bon sens hors du commun et un grand cœur.
Il n'a pas arrêté de clamer, en résumé,  que les français devraient prendre leur vie en main et ne pas rester le bec ouvert à entendre.
"Vous être tous des entrepreneurs, entrepreneurs de vos vies". 
Il a aussi déclaré que Sarkozy ne serait pas président et que le futur président sera un inconnu, je pense qu'il veut dire que ce sera une surprise, que ce ne sera pas un poulain préparé comme Sarko, DSK, Vals, par la cabale.
Dommage qu'il ne prenne pas en compte la mainmise de la cabale sur le monde.

Il est exceptionnel en ce sens qu'il ne dénigre pas les présidents pour lesquels il a travaillé, faisant ressortir leurs qualités, mais il ose aussi critiquer leur politique. Un homme intègre, intelligent dans ce milieu de courtisans, de rapaces.....

Ainsi, il déclare :
"Quand j’entends un ancien président de la République française oser affirmer, et faire expliquer par ses lieutenants, que seule une très grave crise économique mondiale l’a empêché de réaliser toutes les réformes qu’il projetait, je ne peux m’empêcher d’être très en colère.
D’abord, parce que les rares réformes qu’il a conduites l’ont justement été parce qu’il a été contraint, par la crise, à agir, très insuffisamment, sur les retraites ; et à gérer, très efficacement, le sauvetage du système bancaire européen.
Ensuite parce que beaucoup d’autres pays, en Europe et ailleurs, ont eu le courage de se réformer dans une crise. Avec un succès visible quand ils l’ont fait lors de récessions précédentes, comme la Suède ou l’Allemagne ; avec un succès qui s’annonce, quand ils l’ont fait dans la crise actuelle, comme l’Espagne, le Portugal ou la Grande Bretagne.
Enfin, parce que l’expérience a montré que, quand il n’y a pas de crise, on réforme encore moins, puisqu’on a le sentiment que tout va bien : de ce point de vue, le cas du gouvernement Jospin en France est exemplaire.
Alors, si on ne réforme ni pendant que tout va bien, ni pendant la crise, on reforme quand ?!!
Le président actuel, l’ancien président, et la classe politique toute entière, doivent apprendre à reconnaître ce que tous les Français savent bien : ne pas agir quand on est confronté à une crise, c’est se condamner soi-même. Ils doivent apprendre les bases de la gestion des entreprises et des émotions personnelles, anticiper les crises et s’en servir comme moteur de la modernité.
En particulier, Nicolas Sarkozy, dont le retour en politique est bienvenu, doit avoir le courage de reconnaître qu’il a eu tort, pendant son quinquennat, de se servir de la crise financière mondiale comme prétexte pour justifier son inaction ; qu’il aurait dû au contraire s’appuyer sur cette immense secousse pour lutter contre les rentes, réduire les injustices, supprimer les départements, réformer l’école primaire, libéraliser les professions réglementées, faire des économies budgétaires, améliorer la compétitivité, libérer le travail le dimanche, réformer la formation permanente, remettre en cause le principe de précaution et les régimes spéciaux de retraite. Il doit aussi reconnaître qu’il a laissé à son successeur une situation très difficile, dans laquelle réformer était plus urgent encore ; il doit comprendre enfin que le successeur de son successeur, qu’il aspire à être, sera lui aussi confronté à cette même crise, et qu’il ne pourra en prendre prétexte pour ne pas agir.
Ou alors, s’il persiste à dire qu’on ne peut pas agir par temps difficiles, c’est qu’il reconnaît ne pas avoir été lui-même transformé par la crise personnelle qu’il a traversée et qu’il fera, de retour au pouvoir, les mêmes erreurs que lors de son premier mandat.
Les Français savent que la crise est l’alibi des faibles et l’énergie des forts. Ils ne feront plus confiance à quelqu’un qui n’aurait ni humilité, ni compassion, ni lucidité, ni courage, ni vision : l’humilité de reconnaître ses erreurs ; la lucidité de comprendre que le monde a changé, confronté à d’autres enjeux avec des nouvelles valeurs ; la compassion pour les plus faibles et les exclus ; le courage d’agir vite et fort ; et la vision d’avenir pour un grand pays, qui aurait tous les moyens de le rester si ceux qui le dirigeaient ne pensaient qu’à sa grandeur.
j@attali.com

Les vidéos :

Ces vidéos pas trop pour la description de la France de demain puisque tout va changer rapidement et que tout va être remis en question, mais pour faire ressortir le bon sens et l'empathie de cet homme de cœur.






Trois questions à Jacques Attali - Vox Pop - ARTE
SUPER!!! c'est une pointure, ce mec !!!!
Attali parle de sa jeunesse, de l’Algérie. Une page s’histoire heureusement revue par Attali. 2014
La version longue de l'interview de Jacques Attali, diffusée dans Vox Pop le 6 avril 2014. L'ancien conseiller de François Mitterrand, politologue et européen convaincu répond aux questions de John Paul Lepers sur l'immigration et taxe les dirigeants de Bruxelles de "pleutres"
https://www.youtube.com/watch?v=_Up17B7IqjI


Jacques Attali "nos fonctionnaires sont payés à crédit à partir du 15 septembre" Août 2014
Critique sur les médias !
Les fonctionnaires français seront payés à crédit à partir du 15 septembre, c'est en substance ce qu'a déclaré ce matin Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand. Il revient également sur les relations entre Arnaud Montebourg et Manuel Valls, tout en tirant la sonnette d'alarme quant aux déficits accumulés par la France. Il était l'invité de Bruce Toussaint.

Jacques Attali : "Il faut trouver sa raison d'être"
Un nid de bonnes idées. Coup de foudre intellectuel entre Mitterrand et Attali.
« Je préfère les bac – 5 aux bac + 5 »

Attali explique que la crise est de la faute des juifs

Magnifique min-Conférence en Avril 2014 :

Jacques Attali : Faut-il sauver les Riches ?
J’ajoute que Depardieu aime la vie et qu’il s’est installé en Russie surtout à cause de leur joie de vivre et parce qu’il savait qui était vraiment Poutine.
Attali connaît la pauvreté et il se donne le droit de faire la leçon à ces jeunes intellos.
https://www.youtube.com/watch?v=RluYYP1-nns
Une fois les fonds distribués, Attali sera comment les employer.

La mauvaise foi de Zemmour face aux réelles connaissances et à la bonne foi et la patience, la politesse d’Attali, chez Ruquier, un beau panier de crabe !. Jacques Attali qui part brutalement du plateau. Lama me déçoit. Triste France. Je ne comprends pas comment les gens peuvent regarder ça !!! Désolée si vous regardez.

Jacques Attali (X1963), économiste, écrivain et haut fonctionnaire, était à l'École polytechnique le 18 février dernier. Le polytechnicien donnait une conférence sur le thème "Peut-on penser le monde de 2030?". Pour l'Invité de l'X, Jacques Attali donne sa vision de ce que sera Polytechnique en 2030.
https://www.youtube.com/watch?v=sjXulI1aJRY#t=140


Vidéos plus longues et récentes pour ceux qui ont le temps :
HEC Debats reçoit Jacques Attali
Un rappel : HEC Débats a l'honneur de reçevoir M.Attali pour sa première conférence de l'année. Professeur, écrivain, conseiller d’Etat honoraire, conseiller spécial auprès du Président de la République de1981 à 1991, fondateur et premier président de la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres de 1991 à 1993. Monsieur Attali est maintenant président de A&A, société internationale de conseils, spécialisée dans les nouvelles technologies, basée à Paris, et président de PlaNet Finance, organisation internationale à but non lucratif, rassemblant l’ensemble des institutions de microfinance du monde.
Il a fondé en 1980 Action Contre la Faim; en 1984 le programme européen Eurêka (programme majeur européen sur les nouvelles technologies qui a inventé, entre autres, le MP3). Il a aussi lancé, en 1989, un programme international d’action contre les inondations catastrophiques au Bangladesh.
Il a ensuite conseillé le secrétaire général des Nations Unies sur les risques de prolifération nucléaire.
Proche de François Hollande et du pouvoir de manière générale, Monsieur Attali est sans doute un des esprits les plus fins et éclairés de notre époque.

Attali - une brève histoire de l'avenir

Ses livres :


Devenir soi – 1 octobre 2014
« Dans un monde aujourd’hui insupportable et qui, bientôt, le sera bien plus encore, il est temps pour chacun de se prendre en main, sans attendre indéfiniment des solutions miraculeuses. Il ne s’agit pas de résistance, ni de résilience. Mais de devenir soi.
De Gandhi à Steve Jobs, de Bouddha à Picasso, ils sont nombreux, ceux qui se sont libérés des déterminismes et des idéologies, pour choisir leur destin et changer le monde.
Aujourd’hui, mille trajectoires humaines, célèbres ou anonymes, donnent le signal d’une nouvelle Renaissance. Toutes incitent à réfléchir au chemin que chacun peut emprunter, pour choisir et réussir sa vie.
Plus nombreux seront ceux qui ne se résigneront pas, plus profonde sera la démocratie, plus seront libérées des énergies, plus seront créées des richesses.
Où que vous soyez, qui que vous soyez, agissez comme si rien ne vous était impossible.
Ayez le courage d’agir. Prenez le pouvoir sur votre vie ! » J. Attali.
Après avoir dit qu’il était urgent de réformer notre pays, après avoir exposé le détail des réformes à mettre en œuvre, Jacques Attali, ancien conseiller spécial de François Mitterrand, président de PlaNet Finance et auteur de nombreux ouvrages, appelle ici chacun de nous à ne plus rien attendre de personne et à faire sa propre révolution. Il explique quelles étapes suivre pour y parvenir. Nous avons tout à y gagner.

Pour une économie positive PARU LE : 25/09/2013
Comment trouver une voie de sortie à la crise systémique que nous traversons ? En passant à un nouveau modèle : l'économie positive. Une économie où les richesses créées ne sont pas une fin en soi, mais un moyen pour servir des valeurs supérieures, altruistes. Une économie au service des générations à venir, et qui favorise une croissance responsable, durable et inclusive. Une économie respectueuse de l'environnement, qui sera, enfin et avant tout, au service de la société.
Comment mettre en oeuvre ce changement de manière concrète ? En associant intellectuels, syndicats, acteurs publics, entreprises et ONG, étudiants et experts de la pensée économique ou de l'action publique. Depuis la tenue des premiers états généraux de l'économie positive au Havre en septembre 2012, Jacques Attali a rassemblé des talents du monde entier et anime un groupe de réflexion autour de cette ambition.
Sont ici réunis les fruits de ces échanges : un tableau lumineux et synthétique du monde tel qu'il est et tel qu'il pourrait devenir, ainsi qu'une série de propositions choc, destinées à faire advenir l'économie positive.

Ce très bon livre que je veins de retrouver. Il vous explique combien il faut de milliers de litres d'eau pour faire uns steack nocif à notre santé ou une nème paire de chaussures. Nous allons vers une crise de l'eau en attendant que nous soyons prêtes à accueillir nos frères.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire