mardi 20 février 2018

+19/02 - OPÉRATION DIVULGATION. 


19/02/2018 - Le démantèlement des moyens de la Cabale se poursuit pour la neutraliser entièrement afin de pouvoir lancer, en toute sécurité, le Nouveau Système Financier !

Apparemment on a l'impression que rien ne bouge et que les promesses de Changement restent lettre morte ! Effectivement, si on écoute les médias dominants, on a l'impression que tout se détériore et qu'il n'y a aucun espoir que cela change ! Heureusement qu'il y a les réseaux alternatifs d'information qui nous donnent des éléments sur ce qui se passe dans les coulisses et qui nous montrent qu'il y a actuellement un énorme bras de fer entre l'ancien système des forces occultes travaillant pour une élite et un nouveau système élaboré équitablement pour tous les hommes de ce monde ! 
Donc voici quelques données que nous recevons en fouillant de nombreux sites "bien informés !" : 
Les agents de la Cabale qui ont tenté d'ouvrir un portail avec le CERN ont été identifiés et arrêtés. La tentative de la Cabale, qui était de reprendre le contrôle et le pouvoir sur cette planète, a été évitée. 
Nos frères veillent à nous éviter ces catastrophes, mais voyons les choses au mieux et remercions les de leur aide.
--------------------------------
Un simulacre de sacrifice humain au Cern fait polémique
I y a aussi ceci
Satanisme en Politique - Inauguration du tunnel du Gothard
Sans parler de la cérémoniel satanique d'ouverture des jeux olympiques de Londres et de l'intronisation du président Macron au Louvre devant la pyramide
--------------------------------
L'Attaque à l'école de Parkland (1) en Floride qui a fait 17 morts le jour de la Saint Valentin, jour rituel symbolique de la Cabale pour ses sacrifices, est un avertissement à Trump de l'État Profond pour qu'il arrête de drainer le marécage des corrompus et des traîtres et pour pousser l'opinion à demander le contrôle des armes à feu ! Le suspect arrêté, le pauvre orphelin Nikolas Cruz sortant d'un foyer, était sous contrôle mental et drogué et en plus il n'avait pas d'arme au moment des faits, mais avait fait une démonstration sur les réseaux sociaux (donc preuves à charge) !  Il a de la chance d'être encore en vie ! Cette opération, comme les autres sous faux drapeau (sans doute par la CIA), a fait intervenir plusieurs tireurs, qui comme d'habitude, se sont évanouis dans la nature ! 

Cette opération montre que la Cabale n'est pas encore désarmée et peut encore retarder le processus de redémarrage du système financier, ce qui va sans doute engager le Pentagone et Trump à poursuivre les arrestations des agents d'exécution de la Cabale avant de s'attaquer aux commanditaires dont les 13.000 places VIP de Guantanamo ne sont pas encore toutes construites ! La prison de Guantanamo Bay* a été choisie afin d'assurer la détention à sécurité maximale pour les criminels de l'État Profond. Cela doit correspondre aux 13.000 actes d'accusation scellés qui ont été déposés dans les tribunaux en plus des 45.000 actes d'accusation classiques pour les seconds couteaux et les pédophiles ! 
------------------------
LA "PRISON" DE GUANTANAMO le 03/01/2017 par BENJAMIN FULFORD
Dans un moment historique pour la justice, la plupart des auteurs basés aux Etats-Unis de la fausse « guerre au terrorisme » ont maintenant été regroupés dans la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba, selon des sources du Pentagone. « Les agents des Rothschild, George SorosPeter MunkPeter Sutherland, les Bush, les Podesta*, et nombre d’autres ont probablement été transférés par avion à Gitmo (abréviation de Guantanamo) pour être traduits devant des tribunaux militaires, alors que le Département de la Défense dépense 500 millions de $ pour améliorer la prison et y envoyer davantage de membres de la police militaire et de Marines »

LA "PRISON" DE GUANTANAMO. SON HISTOIRE 
------------------------
L'administration de Trump carbure à plein pot, c'est pas étonnant que par deux fois les élus ont refusés de renouveler les crédits au gouvernement pour arrêter la machine infernale qui va faire disparaître les corrompus et les traîtres ! En raison de la Loi sur la sécurité nationale, il n'y aura pas de procès civils pour quiconque constitue une menace à la sécurité nationale. Il n'y aura pas de procès civils pour les Illuminati. Les procès se dérouleront devant des tribunaux militaires quand ce sera l'heure. 
Il y a une liste de 6.782 membres d'Illuminati du monde entier qui a été diffusée aux membres d'intervention (Marines, Militaires, para-militaires et autres services d'intervention avec ses tireurs d'élites) de l'Alliance afin qu'ils puissent les arrêter ou les liquider s'il arrivait quelque chose à Donald Trump ! Un autre message dit qu'un ordre a été donné aux Forces Spéciales que si Trump tombe malade, 4.760 personnes tomberont malades le lendemain parmi les Illuminati, les Bilderberg, la Commission trilatérale, les Skull and Bones, le G8…, et ainsi tous ces gens vivent dans la peur que Trump tousse !
Avec son Ordre Exécutif* du 20-21 décembre 2017 sur la saisie des Biens des personnes ayant pratiqué l'exploitation humaine et la violation des Droits de l'Homme, Trump a gelé les actifs d'environ 9.000 personnes, sociétés et corporations. Nous parlons ici des réseaux pédophiles, de l'État profond, des Forces Noires, des 4.000 entreprises qu'Obama a achetées en Afrique avec les sous des contribuables pour 7.000 milliards de dollars. Trump a gelé tous les actifs, tous les titres dans le monde entier.
Ils ont 27 chefs de trahison pour Hillary Clinton. 
---------------------------------------
* L'ordre exécutif de Trump cible l'état profond ("deep state") 
et ouvre la porte à la divulgation complète. Les mystères ovni de l'Antarctique. 
---------------------------------------
Poutine aurait dit à Trump de se présenter à la présidence parce qu' Hillary Clinton allait apporter la touche finale au Nouvel Ordre Mondial.
En 2015, "Obama" avait demandé de fournir dix porte-avions à l'OTAN, mais l'Amiral n'a pas obéit aux ordres. C'était le début d'un coup d'État militaire (qui soutiennent Trump aujourd'hui !). De là, la situation s'est encore aggravée avec d'autres décisions. En particulier la vente d'Uranium One aux Russes par Hillary Clinton en échange de 145 millions de $ à la Fondation Clinton a dégoûté certains Agents travaillant dans les instances des États-Unis, ce qui explique pourquoi le soutien électoral à Hillary a été défaillant.
Trump est devenu un symbole pour le démantèlement du Globalisme - et cela a été suffisant pour déclencher des sonneries d'alarme dans les cercles desÉlites. L'ordre s'est répandue chez les Globalistes : détruisez Trump par tous les moyens nécessaires ! 

Au niveau international, Trump est encore aux prises à certaines factions de l'Armée Américaine en Syrie qui cherchent à mettre de l'huile sur le feu pour embraser tout le Moyen-Orient ! 
Elles visent tout particulièrement les Troupes Russes pour faire réagir les Russes! 

L'Alliance a relevé d'importants pics énergétiques autour du Mont Thompson, en Idaho
La Cabale aurait tenté d'ouvrir de nouveau un Portail à une base cachée située sous la chaîne Sawtooth Range suite à l'échec d'ouvrir un Portail au CERN de Genève. La base a été identifiée comme étant un Bunker souterrain du Complexe Militaro-Industriel (MIC) de la Cabale (D. U. M. B. = Deep Underground Military Base) qui a été rapidement détruit par l'Alliance. L'Alliance continue de rechercher d'autres Bunker souterrains de la Cabale qui auraient été nouvellement construits ou non enregistrés par le biais de renseignements acquis. Tous les Bunkers qui avaient été répertoriés ont déjà été détruits ou occupés par l'Alliance, donc on estime qu'il ne reste plus beaucoup d'installations du Complexe Militaro-Industriel à neutraliser ! Tous les moyens de détection sont en alerte ! 

La plupart des moyens militaires et des technologiques de la Cabale ont été détruits. Il ne reste que peu de petits agents d'exécution de la Cabale voyous qui travaillent sous couverture. L'Alliance recherche activement quotidiennement ces agents pour les neutraliser, mais ils ne peuvent être démasqués que lorsqu'ils ont une mission à exécuter. 

Depuis 2011-2012, la Cabale n'a plus le soutien de leurs maîtres malveillants extraterrestres qui sont partis hors de la planète suite à l'installation d'une barrière énergétique, par les Galactiques de l'Alliance, qui empêche les intrusions malveillantes sur la Terre. Les Galactiques soutiennent l'Alliance avec des technologies avancées. 
-----------------------------------------
Pour ceux qui veulent approfondir
* qui sont les Anunnakis
-----------------------------------------
Le nouveau système financier est hébergé sur un ordinateur quantique qui est à l'épreuve du piratage. Cet ordinateur quantique a été construit principalement par des équipes d'ingénieurs chinois en collaboration avec d'autres équipes d'ingénieurs membres de l'Alliance. La technologie de l'informatique quantique ne peut pas être piratée sans une technologie quantique aussi avancée.

Nouveau système financier : Nesara aux USA en premier, puis Gesara pour le reste du monde
Plusieurs banquiers corrompus de la Cabale ont été arrêtés ces dernières 24 heures. La récente chute des marchés boursiers a été une opération réussie de l'Alliance dans la saisie des stocks essentiels de la Cabale. Cela a porté un coup fatal à certains de la Cabale qui possédaient ces actions.
Le GCAM (Global Collateral Accounts Master) a été informé de se préparer à superviser les échanges de Réévaluation des Monnaies (RV) ce mois-ci (date classifiée). Les banquiers ne pourront accéder à aucun de ces fonds sans l'autorisation du Global Collateral Accounts Master. Le plan d'action visant à introduire le nouveau système financier est toujours en bonne voie.
Le nouveau système financier doit être introduit avant que l'ancien ne s'effondre. La transition en douceur est le but. Par conséquent, le RV doit commencer sous peu afin d'introduire le nouveau système financier. Il y aura peut-être (aux USA) une période de 90 jours où les choses pourraient devenir difficiles pour le citoyen moyen. (Ce sont les alarmistes qui disent ceci)
Préparez vos réserves de nourriture ! Mais ce sont les militaires vont prendre en main les États-Unis, ce qui évitera le chaos. La Réserve Fédérale (FED) sera prise en main par le Trésor. 

Fin du Petrodollar : La Chine dévoile la date de lancement de ses Oil-Futures. Ainsi le plus gros acheteur mondial de pétrole est enfin en train d'obtenir son propre contrat à terme de pétrole brut avec des "petro-yuans".
Toutes les personnes lésées vont être dédommagées
Les tribus amérindiennes ont été payées de leurs fonds dus le lundi 12 février 2018

Le système SWIFT de la Cabale avait été utilisé en tandem avec le nouveau système interbancaire CIP, mais la Russie est passée au nouveau système à minuit, du 14 au 15 février. Des dispositions ont été prises pour remettre une énorme somme d'argent à certains groupes après le Nouvel An Chinois, le 16 février 2018. (année du chien)
Le service de Homeland Security a une liste de personnes qui ne pourront pas échanger leurs anciennes devises.
Les personnes qui échangent doivent prouver avoir gagné cet argent honnêtement, ce qui est le but de la manoeuvre. Liste des personnes visées par l'ordre exécutif de Trump
Ils allaient ajouter à cette liste - les trafiquants de drogue, les gens qui ont commercé hors de légalité, etc. Si vous agissez de façon inappropriée, ils pourraient mettre votre nom sur cette liste où vous ne seriez jamais autorisé à échanger. La liste sera diffusée à l'échelle mondiale afin que vous ne puissiez pas échanger n'importe où dans le monde.

Grand-père* a pris des dispositions pour remettre une énorme somme d'argent à certains groupes après le Nouvel An chinois (qui commence le 16 février 2018).



Certains projets, de l'assainissement des sols à la fabrication de nouvelles technologies, seraient financés. La Famille a mis en place d'énormes contrôles sur l'argent distribué. Même les mafias du monde entier ont reculé quand elles ont découvert la véritable portée des contrôles qui ont été placés sur ce processus.
Source : http://operationdisclosure.blogspot.fr/
------------------------------------------------
(1) Tuerie de l'école de Parkland en Floride : une fois encore, elle a eu lieu pendant un exercice et les témoins parlent de 2 à 3 tireurs et non d'un tireur isolé !
------------------------------
Souvenez-vous qu'il y avait eu un exercice avant la tuerie du Bataclan.
Un témoignage sur France Info avance qu'un exercice a été préparé avant l'attentat du 13 novembre 2015 au Bataclan. C'était le cas aussi pour les attentats de Boston, et ceux de Londres en 2005. Les "False Flag", ou autrement dit attaquer avec l'apparence de l'ennemi comportent des signatures récurrentes, comme celles de tenir un exercice militaire le jour même, ça brouille les pistes. Si le gouvernement est suspecté, on peut toujours dire : "C'était dans le cadre de l'exercice".
------------------------------
Columbine, Virginia Tech et dans le Connecticut... 
Les écoles américaines ont été régulièrement le théâtre de fusillades mortelles ces 13 dernières années. En avril 1999, deux élèves... et maintenant l'école de Parkland avec 17 morts !

La tuerie a eu lieu pendant un exercice !
Un exercice incendie était en cours et il était également évoqué par les étudiants qu'un exercice impliquant un tireur soit effectué sans prévenir...
"Nous avions des rumeurs circulant à l'école que la police ferait un faux code rouge avec de fausses armes, non réel, mais semblant réel et je pensais au début que ce n'était pas réel et que c'était juste des exercices jusqu'à ce que je vois mon professeur mort sur le sol !" 


Plusieurs témoins parlent de plusieurs tireurs !
"C'était assez terrifiant parce qu'ils nous imposaient des exercices - nous pensions que c'était un exercice mais ce n'était pas le cas et nous avons commencé à entendre des coups de feu", a raconté une autre étudiante à KPRC 2 peu après la fusillade.
Elle affirme également qu'il y avait "trois tireurs" et a décrit l'un d'eux comme "un autre jeune" (donc pas le suspect, Nikolas Cruz) et a fait un geste comme si la personne portait une veste et un masque. 


Cette étudiante affirme carrément qu'elle parlait avec le suspect Nikolas Cruz pendant qu'on entendait des coups de feu. Il était avec les autres alors que les coups de feu provenaient de l'autre côté du bâtiment. Elle est donc catégorique : il y avait au moins 2 tireurs. Alexa a déclaré à Matt Musil, journaliste de KHOU-TV : "L'alarme incendie s'est déclenchée et le principal a dit au haut-parleur : "Tout le monde doit évacuer maintenant !" alors c'est ce que j'ai fait. Alors que je descendais les escaliers, j'ai entendu deux coups de feu, tout le monde paniquait en disant que c'était un pistolet. Alors que nous marchions, toute la classe ensemble, je parlais au suspect Nikolas Cruz. Et pendant que je lui parlais, il semblait très - je ne sais pas quel est le mot - qu'il avait des ennuis au lycée ! Je lui ai donc fait une blague et j'ai dit : "Je suis surpris que ce ne soit pas toi qui l'aies fait", "Et il m'a juste répondu un "hein ?". Certaines personnes doute de son témoignage car elle est trop souriante après cet épreuve !


Les services secrets seraient venus quelques semaines avant dans l'école... pour changer les protocoles de sécurité. 

Un proche du tireur avait alerté le mois dernier le FBI, qui admet ne pas avoir enquêté ! "La procédure en vigueur n'a pas été respectée". La police fédérale américaine a reconnu ce vendredi 16 février ne pas avoir pris les mesures qui s'imposaient après avoir été avertie en janvier de la dangerosité potentielle de Nikolaus Cruz, l'homme qui a tué mercredi 17 personnes dans un lycée de Floride. Le FBI a précisé avoir reçu un appel d'un proche de Nikolas Cruz, qui a décrit le comportement déviant du jeune homme de 19 ans et son intention de tuer des personnes, y compris dans un établissement scolaire. Cette information "aurait dû être traitée comme une menace potentielle" et "aurait dû être communiquée au bureau du FBI de Miami, qui se serait chargé des investigations nécessaires", a ajouté le FBI dans un communiqué. À l'inverse, il n'y a pas eu de remontée de l'information donc pas d'enquête menée, a admis la police fédérale" Le suspect a aussi averti sur les réseaux sociaux qu'il allait faire une tuerie dans une école. Il a écrit par exemple : "Je veux tirer sur les gens avec mon AR-15" et "Je vais être un tueur professionnel dans une école".
Le suspect affirme qu'il a agit sous l'influence de démons ! SATAN.



Malgré les témoignages contradictoires, le suspect Nikolas Cruz a avoué les faits. Il affirme avoir agit sous l'impulsion de voix démoniaques. Il a déclaré aux enquêteurs que des voix dans sa tête lui avaient donné des instructions sur la façon de mener l'attaque.

Cet article ne prétend pas que la tuerie n'a pas eu lieu. Il met simplement en avant certains témoignages qui soulèvent des questions sur la version officielle de cet évènement. Pourquoi d'autres tireurs ont été aperçus/entendus alors que la thèse du tireur isolé a été retenue par les autorités ? Comment se fait-il que le suspect avoue les faits alors qu'il était en train de parler avec une autre personne pendant que des tirs résonnaient dans le bâtiment ?

Voir le livre d'Alexandre Lebreton, "MK - Abus Rituels et Contrôle Mental".
--------------------------------------------------

Attentats de Paris du 13/11/2015 : Captagon ou manipulation mentale et biotechnique ?

J'entends qu'on aurait retrouvé des seringues dans les chambres d'hôtel des terroristes. Héroïne, couplée ou non de cocaïne, speed ? Pourquoi ne penser qu'à ces vieilles techniques du siècle dernier alors que la science des biotechnologies nous montre de nouvelles pistes bien plus efficaces ? On peut toujours coupler Captagon, héroïne et implant, quoi qu'il en soit.
Google, l'état suprême, n'investit pas autant dans ce type de recherches en biotechniques à fond perdus ! 

Nous sommes déjà tous manipulés mais certains pourraient bénéficier des dernières avancées en la matière. On peut imaginer des personnes extrêmement embrigadées puis totalement décérébrées par une touche finale "biotech". Cela me paraît cohérent. Et pourrait expliquer certains comportements rapportés qui ne semblent pas,avoir de sens. Tel ce kamikaze qui se fait sauter mais sans toucher personne d'autre que lui même. 

Un bug, en quelque sorte...

1) les techniques anciennes et éprouvées dans lesquelles nous nous reconnaissons.
La soumission " librement consentie "
C’est alors que l’on a recours à des techniques de manipulation mentale bien connues. Je vous conseille vivement le " petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens "de Joule et Beauvois aux presses universitaires de Grenoble. Ces 2 psychologues montrent bien, comment, a travers des techniques assez simples, on parvient à obtenir d’autrui qu’il se comporte comme on l’entend. mieux encore, on lui fait changer ses opinions, car ayant l’impression d’avoir agit librement, il ne peut faire autrement que de changer ses positions pour ne pas être en dissonance, c’est à dire en état de tension.
Des exemples ? Demander peu pour ensuite obtenir d’autrui plus. Si on demandait des la première rencontre par exemple de donner un bijoux auquel on tient ou de l’argent a un pauvre (une des première étape)…peu de résultats mais après avoir déjà engagé l’autre dans un tel processus, la chose est aisée. Faites l’expérience suivante : première condition expérimentale, vous demandez 10 francs dans la rue a des gens…sur 20 personnes, peut être 1 ou 2 vont accepter. Deuxième condition expérimentale, demandez l’heure a quelqu’un (comportement peu coûteux) et demandez ensuite 10f peut être 5 a 10 personnes vont accepter… pourquoi ? car elles se sont déjà engagées.
Dans le milieu, on utilise beaucoup cette technique. Bien sur, pour fonctionner il ne faudra pas dire aux autres ce qu’on leur demandera dans 1, 5, 10,20 ans….. Ça ne marcherait plus….D’où le secret des étapes (des choses demandées). On vous dira alors que vous devez attendre avant de savoir ce qu'on va vous demander. Ainsi, les changements et les demandes sont de plus en plus importants, mais tout ce fait petit à petit, de telle sorte qu'il est quasi impossible de voir la différence entre ce que l'on vous demande de faire et ce que vous avez fait hier…Mais si vous compariez ce que vous faites et ce que vous faisiez il y a quelques années…
Il y a d’autres techniques de ce genre, lisez ce livre et le rapport fait par le professeur de psychiatrie de Rome concernant la manipulation mentale et vous verrez…
La culpabilisation avec amour…
Autre technique appréciée, la culpabilité, et le dénigrement de votre bonté naturelle, vous fixer des idéaux impossibles permettant d’accroître chez vous la culpabilité en insistant bien, permettant une allégeance parfaite. Ajoutez-y des liens paradoxaux (des mélanges de culpabilisation et de " love-bombing ", autrement dit de flatteries en tous genres)… Idéal pour permettre une déstabilisation parfaite ex l’effort pour rendre l’autre fou de H . Searle, (psychanalyste). C’est ce qui permet aussi de rendre les gens psychotiques…
Il va de soi que tout ce qui vous est demandé l'est pour votre bien…
Mais ce sont les vieilles techniques ....

2) les nouvelles techniques par exemple : Hacker le cerveau, c'est plus sur !
Avec la montée en puissance des neurotechnologies et l’automatisation annoncée des tâches intellectuelles l’être humain va intégrer de plus en plus de technologies à son organisme. Quels sont les enjeux éthiques, politiques et moraux qui se posent dans cet environnement où notre cerveau, cet «ordinateur fait de viande», devient un outil piratable ? 
DE L’ÉLECTRONIQUE INJECTÉE DIRECTEMENT DANS LE CERVEAU 
Le projet MK-Ultra (ou MKUltra), dévoilé en 1975, est le nom de code d’un projet secret illégal de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes ou par signaux bioélectriques (sous-programme 119). De 1951 à 1963, il se nommait projet Artichoke ; le projet Bluebird (1951-1953) lui est apparenté.
MK Ultra - Marilyn Monroe, première esclave du contrôle mental dans le show biz - Monarch Project
https://www.youtube.com/watch?v=CKvAea1LiRc
Ils ont fini par l'assassiner
20/02 - MICHEL COLLON : VICTIMES DE LA PROPAGANDE DE GUERRE.
COMMENT LA REPÉRER. COMMENT AIDER LES AVEUGLES. 

"Nous n'avons pas l'argent, nous avons les gens (99%).
Livrons la bataille pour la vérité."
Nos ennemis ont peur de la vérité. Faisons là connaître, c'est notre meilleure arme.
Révéler un mensonge, c'est les révéler Tous. C'est du Copier/Coller! 
Pour ceux de nos relations qui ne sont pas encore convaincus

Michel Collon est un journalise indépendant belge
Michel Collon : "Montrez ça dans toutes les écoles !

Michel Collon : comment repérer la propagande de guerre dans vos médias?

MALI - Henri Guaino 'mouché' par Michel Collon - 22/01/2013

Michel Collon en Libye.
Michel collon Libye Sarkozy combien as-tu tué d'enfants cette nuit Egalite et Réconciliation
Michel Collon est un homme de coeur dans son combat comme dans sa vie privée, ce qui est pas le cas de certaines personnes que nous suivons. Un Plus !

Thierry Meyssan a failli de pas sortir vivant d'un hôtel à Tripoli plein de faux journalistes... Sa tête a été mise à prix par Sarkozy* et il a du fuir la France
Thierry Meyssan en direct de Libye Tripoli Hôtel Rixos, lundi 22/08/2011 témoigne

Kadhafi, la vérité d'une journaliste qui se trouvait sur place

Rappelons que De Gaule nous a sortir de l'Otan et que Sarkozy*, l'américain a été mis en place pour nous y remettre
Michel Collon L'Otan est une organisation de criminels
Dans l'émission de Frédéric Taddeï
* Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents à la présidence de la République française par Thierry Meyssan
* La stratégie du chaos : Impérialisme et islam – 1 janvier 2012
Egypte, Tunisie, Libye, Turquie, Iran, Arabie saoudite, Somalie, Soudan, Afghanistan, Pakistan : cet « arc d'instabilité » qui relie l'Afrique du Nord en passant par le Moyen-Orient et la Corne de l'Afrique jusqu’à l'Afghanistan et aux portes de la Chine. Fameux paradoxe : c'est dans cette zone explosive que se joue sans doute l'avenir du monde, mais on n'y comprend pas grand chose ! Quel fil rouge relie ces pays ? Un « péril musulman » ? Un choc des civilisations ? Les retombées des conflits coloniaux ? Et si tous ces pays formaient les pièces d'un seul grand puzzle ? Un puzzle qui prend son sens quand on saisit la stratégie globale des États-unis face aux autres puissances : Europe, Russie, Chine et les forces émergentes du Sud . En quelques entretiens passionnants, Mohamed Hassan fournit la clé de ce puzzle. Il rappelle l'Histoire oubliée qui explique le présent, dévoile les stratégies secrètes et expose les intérêts non avoués.
Michel Collon et Grégoire Lalieu ont préparé ce livre avec lui. Leur but : rendre simple ce qui paraît compliqué. Pour comprendre le monde musulman et ses rapports avec les USA ou l'Europe, tout citoyen a intérêt à savoir ce qu'on lui cache.
------------------------------------
Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire
28 octobre 1993 de Jacques Merlino
Il y eut Timisoara. Puis la guerre du Golfe. Et vint la Yougoslavie. Avec les mêmes stéréotypes, les mêmes simplifications, les mêmes exagérations. Cette fois, nous sommes directement concernés : c’est l’équilibre de l’Europe qui est en jeu.
S’il se confirme que l’Allemagne tire les ficelles en coulisses afin d’accroître sa zone d’influence, s’il se précise que le contrecoup se prépare à Moscou avec la chute de Eltsine et l’arrivée au pouvoir des nationaux-communistes, s’il est prouvé que les États-unis poursuivent des buts autres qu’humanitaires, s’il s’avère que l’ONU est victime de graves dysfonctionnements, que les agences d’information ont perdu leur impartialité, que la presse libérale est en train de sombrer par aveuglement militant et, enfin, si l’on démontre que le Vatican est une puissance plus puissante que les autres et que son interférence dans la crise yougoslave est considérable, alors il importe de savoir comment et par qui nous sommes manipulés.
L’enquête de Jacques Merlino, rédacteur en chef adjoint de France 2, explique pourquoi nous en sommes arrivés là et nous force à admettre une réalité simple : l’information est une arme de guerre, utilisée comme telle par ceux qui en mesurent l’importance.
Voici un document d’une très grande importance. Quiconque s’intéresse aux conflits modernes et au fonctionnement actuel des médias devrait le lire. Publié en 1993 aux débuts des conflits yougoslaves, dans un contexte de transition et de désillusion post-communiste, j’ai été impressionné de voir à quel point il avait peu vieilli : il aurait pu s’intituler aujourd’hui « Les vérités syriennes, ukrainiennes, libyennes… », ce serait à quelques détails près le même constat.
Parler de cette guerre civile de façon manichéenne, voilà qui paraît évident. « Les Serbes » sont des monstres, cela ne fait aucun doute : purification ethnique, viols massifs, génocide, camps de la mort… Mais si la vérité était tout autre? Qu’une grande partie de ces accusations relève de montages, d’exagérations grossières, de rumeurs non vérifiées? D’une campagne massive de désinformation? Je constate personnellement que bien après la fin du conflit et les accords de Dayton une historiographie officielle s’est bâtie sur des mensonges, que l’on continue à répéter inlassablement. Tout un peuple a été déshumanisé de façon ignoble. Même pendant la Seconde guerre mondiale on pouvait faire la distinction entre le régime nazi et le peuple allemand…
Sur un sujet aussi grave que les viols de guerre la presse occidentale a ainsi fait preuve d’une légèreté incroyable, répétant des chiffres fantaisistes (20.000 femmes violées, puis 40.000 voire 60.000…), basés sur des rapports tendancieux, à partir d’un nombre très restreint de témoignages. Que des femmes serbes aient pu subir le même sort, cela a été d’emblée exclu. Or les trois camps ont commis ce type de crime.
Ce livre montre aussi le fonctionnement des chaînes de télévisions : la dictature de l’image (de nos jours un évènement sans image semble ne pas exister), de la vitesse et la brièveté de l’information (elle doit être disponible très rapidement et être condensée, même quand le sujet est complexe, ce qui donne des situations ridicules, comme la fois où il devait expliquer le Coran en 50 secondes…), de l’émotion et de l’absence de raisonnement pour retenir l’attention du téléspectateur et l’empêcher d’aller sur une autre chaîne… Des agences de relations publiques sont payées pour faire circuler les informations qui vont dans le « bon » sens. Le cynisme de James Harff, directeur de Ruder Finn, fait frémir.
Comment en est-on arrivé là? Plusieurs raisons sont avancées. Durant la guerre froide la vision d’un monde divisé en deux blocs était simple, or l’effondrement de l’un a fait apparaître une multitude de nouveaux conflits, des peuples dont on n’entendait jamais parler sont apparus subitement dans les médias. Tous ces pays étaient méconnus.
Jacques Merlino nous montre aussi le jeu froid de la géopolitique. L’Allemagne voulait reconstituer sa zone d’influence, ses performances économiques lui permettant comme le montrait la prédominance du mark, d’où sa précipitation dans la reconnaissance des nouveaux Etats. Le Vatican de son côté n’avait pas oublié le schisme de 1054 (!) et a eu une lourde part dans le déclenchement de la guerre. Jean-Paul II aurait déclaré « Mon Dieu, qu’avons-nous fait? » après s’être rendu compte des conséquences de sa politique étrangère. La pénétration iranienne en Bosnie et le rôle de l’Arabie Saoudite et de la Turquie sont également abordés (cela me rappelle le livre de Jürgen Elsässer), la crainte d’un nouvel Afghanistan était parfaitement connue.
Peut-être l’auteur sous-estime sur ce point le rôle des Etats-Unis : il aurait pu se demander la raison pour laquelle Izetbegovic avait retiré son accord au plan Carrington-Cutileiro après s’être entretenu avec l’ambassadeur américain Warren Zimmermann. Ce dernier visiblement rendait l’Allemagne responsable pour le début de l’éclatement de la Yougoslavie avec les indépendances de la Slovénie et la Croatie, mais n’a-t-il pas lui-même une grande part de culpabilité pour la Bosnie en 1992?
On retrouve des personnalités biens connues aujourd’hui. BHL qu’on ne présente plus, prônant la guerre partout, grand ami de l’islamiste Izetbegovic. Au début de l’intervention en Libye il affirmait qu’il avait réussi là où il a échoué avec Sarajevo… Systématiquement on oublie que le fameux « siège » de 1992 à 1995 était en partie dû au fait que les milices musulmanes prenaient en otage la population.
Autre intellectuel très engagé à l’époque : Alain Finkielkraut, totalement hystérique contre Dieudonné il y a un an à peine, qui fut pourtant autrefois défenseur des nationalistes croates et du très antisémite Franjo Tudjman! Toutefois il a été très prudent avec l’Ukraine et s’est abstenu de prendre position.
Laurent Fabius déjà traitait Milosevic au journal télévisé de la même façon (une « ordure ») que récemment Bachar Al-Assad, qui ne « méritait pas d’être sur la terre » (août 2012). François Mitterrand au contraire avait plus de recul, ayant vécu la Seconde guerre mondiale, prisonnier de guerre des Allemands, où en détention il avait côtoyé des Serbes.
La pression médiatique fut terrible et a contribué à prolonger le conflit, gênant le travail des diplomates. Même un homme comme Roland Dumas d’ordinaire raisonnable avait lancé des déclarations stupides. J’ai pu trouver quelques curiosités comme la présence de Philippe de Villiers dans les personnalités anti-serbes, la droite souverainiste est généralement plus prudente dans les interventions extérieures.
Enfin l’humiliation ressentie par la Russie et le peuple russe quand les Occidentaux menaçaient de s’attaquer à leurs « frères slaves » pouvait déjà provoquer des conséquences graves, notamment l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement ultranationaliste. Le texte résonne étrangement avec l’actualité…
Je repensais au fait que le vingtième anniversaire du massacre de Srebrenica approchait. Comme d’habitude le même discours culpabilisant nous sera resservi, oubliant les causes véritables de la guerre. Pourtant tout le malheur de la Bosnie fut résumé simplement par Milosevic (p.121) : « Les Nations unies ont reconnu un pays qui n’existe pas, dans des frontières qui n’existent pas, pour un peuple qui n’existe pas ». Une phrase brutale, mais tellement vraie!
Un véritable travail de journalisme, à lire absolument, ne serait-ce que pour la préface du général Pierre Marie Gallois, l’avant-propos ou encore la conclusion sur la faillite de la pensée occidentale (intellectuelle, médiatique, politique…) et les fables du « droit d’ingérence ». 
Il peut être téléchargé ici : 
--------------------------
La vie « secrète » de Jacques Merlino dévoilée dans Profession Reporter
Par Christine Bottero - 23/02/2012
Le journaliste, qui fut rédacteur en chef d’Antenne 2, est installé aujourd’hui à Calcatoggio. Dans ce nouvel ouvrage, il revient sur les années 1973/1998. 
Après des études de droit et de sciences politiques financées par des petits boulots difficiles mais formateurs, Jacques Merlino commence par piger pour le journal Le Monde, puis pour L’Express, Elle et finalement la télévision où il entre à Antenne 2 en 1977. Dans cette grande maison qui s’appelle maintenant France 2, il aura la chance d’exercer tous les métiers du journalisme audiovisuel.
D’abord grand reporter spécialisé en économie, il devient présentateur du journal de 23 h en 1981. Trois ans plus tard, il est producteur et présentateur d’Aujourd’hui la vie. Puis, lorsque cette émission s’arrête, il revient à la rédaction pour diriger le service de politique étrangère. Il aura la chance de vivre comme envoyé spécial dans les grandes crises qui ont marqué le dernier quart du vingtième siècle.
Il a donc été grand reporter, présentateur du journal télévisé, producteur d’émissions, correspondant à Moscou et à New-York, mais aujourd’hui, Jacques Merlino n’a plus que deux passions : l’écriture et ses oliviers à Calcatoggio.
Il publie Profession Reporter, un livre de mémoires sur les coulisses du grand reportage et le signera ce samedi 25 février, de 15 h à 17 h à la librairie des Palmiers, à Ajaccio.
Tout d’abord, quand on est journaliste, reporter de guerre et qu’on a assisté comme vous à tant d’événements terribles qui ont marqué notre époque, est-ce qu’on peut tout dire ?
Ce que j’ai vu, entendu, ressenti tout au long de ma vie est si profondément enfoui en moi qu’on croit ne jamais pouvoir faire jaillir de si loin, ce qui n’est au bout du compte qu’une immense souffrance. Lacan a raison quand il dit qu’on ne peut pas tout dire. Barthes a imploré un jour, une autorité non nommée : « Ne me secouez pas, mon corps est plein de larmes ». Du vécu des hommes qu’on voudrait graver dans les mémoires, des images fugaces passent, terribles et définitives que je ne souhaite pas évoquer ici. J’ajouterai simplement ce vers sublime de René Char : « La lucidité est la blessure la plus rapprochée du soleil ».
Vous êtes un orfèvre des mots. Cet étrange univers des mots dont vous êtes si friand vous pousse à écrire depuis quelques années parallèlement à votre métier de journaliste . Quelles sont donc vos motivations ?
Mon métier lui-même m’a incité à revisiter voyages, rencontres et l’univers des mots me permet d’explorer le monde. De plus, les mots de nos jours sont aussi les maux de notre société comme je l’explique dans un livre paru en 1978, Les jargonautes ou le bruit des motsqui est un essai critique et humoristique sur l’usage du langage dans les sociétés modernes.
Vous n’avez en effet pas hésité à publier Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire en 1993. Est-ce pour confirmer ce désir d’être le plus proche des réalités et par souci d’authenticité ?
J’ai voulu montrer dans ce récit les dessous du conflit yougoslave et le fonctionnement des médias en essayant de tenir compte le plus possible de ce que j’avais vu et compris.
En fait, vous n’êtes pas devenu journaliste, vous êtes né journaliste comme vous le dites dans le début de vos carnets de reportage.
Oui, je rajoute également que ce métier n’en est pas un, « qu’il est simplement une inclination naturelle de l’être. Un désir de liberté, une appétence de sensations et d’émotions, une curiosité ouverte à tous vents, un tempérament indépendant». Vous regardez la marche du monde d’un œil gourmand avant de tenter d’en rendre compte.
Vous êtes très attaché à regarder la vie des gens mais je vous sais également très attaché à la Corse. Est-ce une des raisons qui vous a incité à vous intéresser à Don Juan dans votre Don Juan ou la séduction de Dieu?
J’ai voulu écrire un roman historique sur Don Miguel de Manara, Vicente y Leca, car c’est effectivement un personnage corse qui vécut à Séville au XVIIe siècle et qui servit de modèle pour le Don Juan littéraire.
Vous êtes donc comme Don Juan, un homme de passion ?
Je n’ai plus actuellement que deux passions : l’écriture et mes oliviers.
Vous avez planté effectivement ici, à Calcatoggio, plus de cent oliviers. D’où vient cette passion ?
Sans doute de loin ; mon arrière-grand-père produisait en Calabre des essences de parfum à partir de bergamotes, de cédrats, d’oranges et autres agrumes. En 1929, pendant la grande crise, il a fait faillite. La tradition s’est perdue mais, près d’un siècle plus tard, j’ai eu envie de reprendre le flambeau et, bientôt, on trouvera sur les marchés de l’huile d’olive de Calcatoggio.
Passion des oliviers, passion de l’écriture. Pourquoi donc ce dernier livre ?
J’ai eu la chance, pour la télévision, de couvrir toutes les grandes crises du dernier quart du XXe siècle. Les famines en Afrique, la chute du communisme, la guerre du Golfe, la guerre au Liban, celle de Yougoslavie…
J’avais envie de témoigner sur tous ces événements et de le faire à ma manière, c’est-à-dire en faisant un pas de côté, en prenant du recul, en m’intéressant à des personnages souvent humbles mais menant des vies exceptionnelles dans des moments exceptionnels.
Beaucoup de portraits de gens ordinaires mais aussi beaucoup de portraits de personnalités…
Oui, François Mitterrand pendant la campagne de 1981, Woody Allen à New York, Lech Walesa et le général Jarulselski en Pologne, Elie Wiesel en Yougoslavie, Gorbatchev à Moscou, Arafat en Palestine, Roland Dumas en Asie…
En tant que journaliste, que pensez-vous de l’image de la Corse dans les médias?
Elle me désole quand elle est réduite à la violence seule. Je vis ici depuis plus de quinze ans et chaque jour, je fais de nouvelles rencontres de gens cultivés, souriants, disponibles. Mon seul problème est la mouche de l’olive ; elle m’a déjà détruit deux récoltes !
Propos recueillis par Christine Bottero le 23/02/2012
---------------------------------------------
On nous cache tout, on nous dit rien
Par François GREMY - 01/04/2002
Livre à thèse, classé politiquement incorrect "Les vérités yougoslaves ne sont pas toutes bonnes à dire" (éd. Albin Michel) a été vivement critiqué à sa sortie. Cette enquête, menée en 1993 par le journaliste Jacques Merlino mérite pourtant une relecture attentive et dépassionnée.
1993 : la guerre bat son plein en Yougoslavie. Serbes, Croates et Musulmans s’affrontent sur le territoire bosniaque. Jacques Merlino, journaliste et rédacteur en chef adjoint de la rédaction de France 2 couvre le début du conflit à Sarajevo puis assiste à la Conférence de Genève, organisée par l’ONU en X. Les principaux dirigeants bosniaques, dont le Musulman Izetbegovic et le Serbe Karadzic sont présents. L’accord de paix semble à la portée de la main. Malgré un début prometteur, les négociations finiront pourtant par échouer.
Lors de cette conférence, Jacques Merlino rencontre des membres de l’ONU qui s’étonnent et lui confient: «A chaque fois que l’on croit parvenir à un accord, il y a une campagne [anti-serbe] qui sort et on retourne à la case départ.» Troublé par ce soupçon d’impartialité, le journaliste décide de mener l’enquête. Après un an de recherches et d’investigations, il acquiert la certitude que parmi le flot d’accusations portées contre les Serbes, un bon nombre sont largement exagérées, voire erronées.
Cette enquête mène Jacques Merlino aux Etats-Unis. Il y rencontre James Harff, directeur d’une agence de relations publiques (Ruder Finn Globar Public Affairs) qui déclare travailler, moyennant rétribution, pour la Croatie, la Bosnie et l’opposition kosovare. Sa mission consiste à promouvoir la cause de ses clients en faisant circuler des « informations » compromettantes pour les Serbes, sans se préoccuper nécessairement de leur véracité. Les interventions de l’agence sont soigneusement ciblées: presse, parlementaires, groupes de pression. Le coup de maître de James Harff : le retournement de l’opinion juive américaine a priori hostile aux Croates et aux Musulmans bosniaques «marqués» respectivement par le passé fasciste de l’Etat oustachi et par les écrits «islamistes» du leader musulman, Alija Izetbegovic.
Jacques Merlino relève également le travail approximatif effectué par les premières commissions d’enquête européennes et onusiennes, notamment la commission Warburton. Le groupe de personnalités se contente d’une visite de deux jours à Zagreb et d’une journée-marathon à l’Est de la Krajina. Peu de temps à l’échelle du conflit bosniaque, mais suffisamment pour recueillir des chiffres « choc ». Les huit «sages» se font ainsi l’écho d’une rumeur courant à Zagreb, selon laquelle 20.000 femmes musulmanes auraient été violées par des Serbes. Trois témoignages seulement sont cités à l’appui de ces accusations. La rumeur est rapidement reprise par la presse, et présentée comme une vérité établie. Simone Veil, membre de la commission Warburton , a beau appeler à la prudence, rien n’y fait. Les journaux avanceront même le chiffre de 50.000 à 60.000 femmes violées.
La thèse de Jacques Merlino a le mérite de la clarté. A ses yeux, les opinions publiques ont été manipulées et désinformées, la presse étant branchée, en quelque sorte, sur le canal unique du consensus anti-serbe. Le livre du journaliste a été très mal accueilli dans les média. Pour nombre de critiques, remettre en question les chiffres des exactions serbes avancés par l’ONU ou distinguer le tristement célèbre camp de Manjaca tenu par les Serbes de Bosnie des camps nazis revenait à minimiser les faits et donc à soutenir les fauteurs de guerre. Accusation dont se défend Jacques Merlino, qui se considère victime du  politiquement correct.
Par François GREMY le 01/04/2002